⎥  2 ⎥

⎥ 22 juin 2015 ⎥

 

Tout d’abord vous devez savoir que l’énergie du soleil est à votre disposition parce quelle est à l’origine de toute la vie sur terre, et que donc les conditions pour que toute vie se déploie et soit autonome sont remplies.

L’idée même selon laquelle il manque quelque chose et qu’il faudrait produire est erronée. Cette croyance qu’il manque de l’énergie alors que vous baignez littéralement dans l’énergie est le premier point à transformer dans vos esprits. Tous les animaux, insectes, le règne végétal, et les peuples invisibles à vos yeux mais qui sont bien là, vivent et fonctionnent sans conceptualiser qu’ils manquent de quelque chose sur le plan énergétique. De même les humains pouvez vivre sans devoir relever votre énergie. Ceci est vrai aussi bien à l’équateur qu’au pôle nord.

Représentez vous être dans une piscine d’énergie, et que cette énergie bâtit vos corps et vos esprits jour après jour depuis toujours. Pas de vie sur terre sans le soleil. La notion de stock repose sur la notion de manque. Le stock est de la peur. Non seulement vous stockez de la nourriture mais aussi de l’argent qui est une version du stock de peur plus évoluée c’est à dire plus théorique encore car éloignée de tout besoin, proche de tout besoin direz vous mais en réalité proche de l’idée de tout besoin, donc de la tentative de se prémunir de tout manque, mais encore une fois vous baignez dans l’énergie.

Comment croyez vous que vos corps se meuvent, se dressent, que vos voix portent ? Quelle est l’énergie de la vie ? Tout vient du soleil, nul élan vital qui ne vienne du soleil. Aussi un humain qui pense et parle dans un corps qui respire, c’est à dire un humain lancé dans la vie donc plein d’énergie, et qui estime devoir trouver une source d’énergie, est une contradiction en soi, c’est à dire est un humain non conscient de lui même, de la vie en lui même.

Certes vous devez manger et vous réchauffer. Mais ceci n’est pas diffèrent des autres besoins du corps, qui ne fonctionne que parce que la vie y est en permanence.

Ainsi donc à la base de votre apprentissage de l’autonomie énergétique est une meilleure compréhension de la vie en vous, une perception directe énergétique de vous mêmes, et partant une évidence du fait que ce que vous appelez énergie en brûlant de la matière par exemple pour utiliser les débris de cette destruction est en réalité très peu énergétique. Dans une réaction nucléaire certes vous êtes plus proches d’une compréhension du soleil. Mais c’est une compréhension périlleuse et si compliquée et instable et productrice de réactions non cohérentes qui laisse des déchets et détruit pour construire.

Ceux qui concevront votre énergie à venir doivent percevoir l’extrême lourdeur d’un véhicule à moteur qui se déplace, ou d’un avion. Vous voyez cela comme puissant ou performant mais de notre point de vue, c’est une misconception folle de mettre un humain qui est vivant, donc qui est énergie pure, dans une voiture qui est inerte et brûle une quantité immense de matière dans de complexes frottements et lourdeur, et qui perds sans cesse de sa puissance, et laisse derrière elle sous forme gazeuse les débris du processus de destruction quelle utilise pour avancer.

Représentez-vous la lumière de cet humain dans la lourdeur et l’inertie de cette voiture, et comprenez que vous êtes de l’énergie ne se comprenant pas elle même et cherchant de l’énergie à l’extérieur.

Fabriquer de l’énergie est une idée. Vous ne fabriquerez pas d’énergie. Vous ne la produirez pas. Vous la nourrirez, la recevrez, la transférerez, la ferez circuler à votre profit.

L’énergie est quelque chose de subtil et qui doit être perçu et non quelque chose de solide.

De la chaleur est soit le produit d’une énergie dérégulée, frottement, destruction, soit le signe que la vie est en action.

Comment produisez-vous la chaleur de vos corps ?

Quel mécanisme rends vos corps chauds ? Où est la centrale thermique du corps ?

Il est étonnant que vous ne vous soyez pas penchés sur cette question.

La chaleur est une conséquence de l’énergie, une propriété secondaire de la vie, il y a de la vie cependant dans un poisson et pas de chaleur.

Qu’est ce qui circule dans une fourmi et dans un poisson et une bactérie comme énergie ? D’où cela provient il ? Est ce que ça part de quelque part pour aller quelque part ? Est ce que ça a besoin d’être distribué ?

A la base de votre raisonnement énergétique se trouve le feu. Le feu est une dégradation du bois, une destruction. Vous vous représentez le soleil comme un grand feu. Mais le soleil s’auto alimente.

Faire l’expérience dans vos corps de ne pas manger et de pourtant vivre sans maigrir est une voie vers la compréhension de ce qu’est l’énergie, de ce qu’est la vie.

L’avenir est dans une meilleure compréhension également de ce qu’est la matière.

De même que vous dégradez de la matière pour chauffer de la matière, si vous comprenez que la matière est de l’énergie, vous n’aurez pas besoin de la dégrader pour en chauffer une autre.

Il est donc question de venir un cran plus profond, sous la surface des choses, vous avez jusque là dégradé de la surface pour chauffer de la surface, et si vous percevez la profondeur, vous explorerez des voies d’irrigation de la profondeur qui sont déjà. La vie n’a nul besoin d‘être créée, n’a pas besoin d’un ingénieur. Elle a besoin d’être reconnue et révérée, reconnue par elle même en fait puisque vous êtes la vie.

Certes vos corps doivent être nourris à ce stade pour la plupart d’entre vous, et certes aussi chauffés lorsque la température extérieure descend, mais sortis de vos réflexes de peur, dans une meilleure perception de ce que vous êtes et de ce qu’est la vie, vous allez trouver beaucoup plus simple pour répondre à ce besoin.

Cela est fini pour ce matin merci, pour recevoir ces messages, là aussi, moins d’effort est requis, plus de détente, plus de finesse et de discernement sur ce qui est vous et n’est pas vous, sur ce que vous pouvez laisser vous traverser et produire à travers vous des mots, et ce qui est produit directement de votre esprit. Cette compréhension est nécessaire pour avancer, c’est beaucoup plus de discernement et d’attention, nous pouvons nous exercer maintenant.

Pensez, vous, à quelque chose et exprimez le.

Je vais aller en Bretagne pendant les vacances.

Sentez-vous que cela part de votre cerveau et de votre cœur ? Maintenant je vous parle sentez-vous que cela est plus global, si vous ne vous contractez pas, c’est une énergie qui vous englobe et comme vous baignez dedans vous l’exprimez naturellement un peu comme un fil qui vibre dans le vent, comme la musique, c’est une résonance.

Réessayez maintenant de parler vous.

Vous avez immédiatement relocalisé votre attention, focusé sur votre esprit, sur votre corps mental.

C’est à dire que vous vous êtes demandé : – que vais-je écrire ?

Vous devez en effet discerner votre présence et simultanément la mienne, la nôtre lorsque nous sommes plusieurs.

Nous pourrions être plusieurs à parler en même temps et s’y rajouter simultanément vos propres réactions à nos paroles.

(Untel) maîtrise très bien cela mais vous aussi pouvez sans problème accéder à ces perceptions, vous avez tout le nécessaire pour cela. Mais vous filtrez par peur de produire vous même le discours, et cela est parce que vous ne faites pas bien la différence entre quand c’est nous qui parlons et quand c’est vous.

Apprenez à vous détendre dans un focus global de réceptivité, comme prêt à vibrer dans la brise ou à réchauffer dans le soleil votre corps, cellulairement, et votre aura.

Donc c’est une détente.

Et un accueil.

Et une mise à disposition.

Cette mise à disposition peut se conjuguer avec une mobilisation plus pointue de votre propre pensée et de votre propre flux de discours comme deux rivières se rejoignent.

Mais comme dans une conversation il ne doit y avoir qu’une parole sur le clavier au bout du compte donc vous gérez de manière différenciée ce que vous écrivez ou dites et ce que vous pensez, comme une écluse qui gère les flux, car bouche et doigts ne laissent passer qu’un flux alors que plusieurs existent en même temps.

Nous pouvons parler plusieurs en même temps et nous comprendre.

Réceptivité et expressivité peuvent être simultanés, percevoir et émettre.

Cette sensation de fatigue que vous avez est due à une crispation car vous voulez bien faire, et à une différence énergétique entre nous c’est à dire que notre détente fait apparaître votre tension.

Nous vous remercions de vous offrir à ce processus et vous demandons de cesser de vous juger et d’évaluer au fur et à mesure ce qui est dit en l’accueillant d’une part et en imaginant d’autre part la manière dont cela sera critiqué par des spécialistes, c’est à dire en projetant de l’opposition et de l’accusation contre laquelle vous devrez vous justifier.

Cela est votre structure, votre rêve, votre contexte à dépasser, en réalité cela n’est pas, l’énergie de notre enseignement se répandra comme il devra vers les personnes qui en ont besoin et voila tout. Vous n’êtes pas responsable de la diffusion de ceci.

Vous n’aurez de difficulté que si vous vous chargez de la mission de convaincre. Il n’y a rien à faire, personne à convaincre, nous apportons quelque chose que des personnes sont libre de saisir ou non et cela est tout.

Vous voudrez bien pour la prochaine fois boire un verre d’eau avant la transcription et un après cela facilitera les choses, l’eau par sa fluidité facilite les échanges.

La compréhension des éléments est clé dans l’apprentissage de l’énergie que vous êtes qui est redécouverte, et l’accès à la capacité à répondre à vos besoins légitimes sans processus de destruction, de peur, de stock, et de tentatives de mettre à profit le besoin de l’autre d’être chauffé pour constituer un pactole.

« Pactole » quand on vit sous les rayons du soleil est une blague.

Nous vous remercions.