⎥ 20 ⎥

⎥ 14 juillet 2015 ⎥

 

 

Nous vous remercions de commencer.

Ce matin nous voulons vous dire que votre nature est divine.

Cela signifie que quoi que vous fassiez ou que vous ne fassiez pas, vous ne pouvez échapper à votre propre perfection.

Vous ne pouvez vous salir, ni vous rabaisser, ni perdre votre lumière, ni la dégrader en quoi que ce soit.

Vous n’avez pas le pouvoir de quitter la moindre parcelle de la lumière extraordinaire qui est la vôtre.

Cette lumière est à la fois de la même nature et beauté que celle de tout autre être vivant, et à la fois spécifique et différente et qui vous est propre, et qui joue son rôle dans le déploiement infini des possibles. Vous ne pouvez échapper à votre destin merveilleux.

Toute vision de vous-même ou vous vous dévalorisez, ou vous vous rabaissez, ou vous croyez ne pas être à la hauteur, ou vous craignez d’échouer, ou vous vous culpabilisez, ou vous estimez avoir mal fait ou fait du mal, toutes ces visions sont d’éphémères illusions sans la moindre capacité à enrayer à quelque niveau que ce soit la machine du beau.

Cette puissance de Dieu qui se déploie à travers vous est inépuisable et inaliénable et inclut vos doutes, et quoi que vous fassiez pensiez disiez imaginiez, ce sera toujours à l’intérieur du beau, à l’intérieur de Dieu, vous ne pouvez jamais qu’honorer votre nature.

En ce sens vous n’avez ni n’aurez jamais aucun mérite, ni démérite. Vous ne suivrez jamais ni ne quitterez votre voie. Toujours, vous êtes et vous serez, comme vous avez été.

Cette indicible beauté de l’humain que vous êtes et qui ne peut réellement voir sa propre beauté tant elle est brûlante est le paradoxe clé au cœur de votre expérience. Aimez ce paradoxe.

 

Maintenant, du point de vue qui est le vôtre à l’intérieur de votre histoire, ce point de vue que vous êtes venu vivre au service de votre âme, au service de Dieu, cette trajectoire que vous empruntez et dont chaque micron est parfait, vous croyez être perdu ou vivre quelque chose de difficile, mais en réalité vous servez votre maître et ne pouvez rien faire pour éviter cela, pour quitter cela.

Vous ne pouvez qu’accepter ce chemin, accepter votre nature et quelle est momentanément masquée.

Accepter votre divinité, accepter de la perdre des yeux sans pour autant l’avoir perdue, accepter de vous soumettre à votre âme, qui est se soumettre à Dieu, sachant que vous ne pouvez jamais rien faire d’autre, juste imaginer que vous ne l’auriez pas fait, cela est l’existence humaine.

Vous avez le libre arbitre et pourtant aucune marge de manœuvre : Vous avez tout le possible et quoi que vous fassiez vous serez vous, vous serez Dieu, vous ferez ce que vous ferez à l’endroit et au moment ou vous le ferez et cela sera ce qui sera et ce sera parfait.

Nulle gesticulation n’est donc nécessaire, ne vous débattez pas, ne refusez pas, dressez vous en ne vous dressant pas.

En vérité il y a peu de choses à dire aux hommes.

Contemplez cette vérité et trouvez y la paix.

Nous vous remercions.