⎥ 34 ⎥

Nous commençons.

Les perceptions subtiles se développent, comme tout apprentissage, par la pratique.

Dans la mesure où ces perceptions sont peu développées dans votre culture, il s’agira souvent d’une découverte, d’une exploration. En ce sens vous partez à l’aventure sur des sentiers peu balisés, car ceux et celles qui ont développés ces capacités ont rarement partagé cela de manière pédagogique pour donner existence à ce champ dans votre monde de représentations.

L’apprentissage du subtil ne peut se faire que dans l’expérience et non en idées et concepts, mais les idées et concepts donnent existence dans l’esprit à des formes que vous pouvez ensuite expérimenter sans vous poser de questions sur la réalité de ce que vous vivez.

Il n’y a pas à perdre ou trouver le fil de ses idées, il n’y a pas à penser, juste s’abandonner à des sensations et leur faire confiance, ce qui est se faire confiance.

Ce mode de fonctionnement qui donne le contrôle à l’incontrôle, qui passe le volant à l’invisible, est très loin de votre façon habituelle de vous comporter qui est très contrôlant et sécurisée, et bâtie sur la peur.

Mais vous ne risquez rien à développer votre réceptivité, vos sens, votre ouverture, ce qui est vous réunir à ce qui vous entoure en abaissant vos frontières, en vous étendant au delà de vos limites habituelles, ce qui est découvrir que ces limites étaient fictives, ce qui est découvrir que vous n’êtes pas en train d’appréhender un monde subtil et invisible en partant d’une base qui serait vous et qui serait tangible et réelle et visible, mais que cette base n’existe pas, qu’il n’y a que le subtil.

Le visible est la surface visible de l’invisible, ce que vous nommez tangible est la surface du subtil. En réalité ce que vous faites en développant vos perceptions est de vous approfondir vous-même.

Ce voyage débute en votre sensation d’être. C’est votre sensation d’être, qui vous relie au vivant, à la création, c’est en cette direction de votre être que vous trouverez la rencontre avec l’être sous toutes ces formes qui ne sont qu’un.

C’est donc dans un sentiment d’unité, d’exploration intime, et non dans un sentiment d’aller vers l’extérieur, le différent, le loin, que vous trouverez à vous diriger.

Contrairement à l’explorateur que vous imaginez dans vos représentations, ou à l’élève que vous êtes et avez été à l’école, cet apprentissage passe par l’abandon et non la maîtrise, le lâcher prise et non la concentration, le déversement de soi-même en soi-même et non l’acquisition d’objets nouveaux dont vous vous saisiriez à l’extérieur.

Le corps physique joue son rôle dans cet apprentissage car il vous relie au monde des sensations corporelles, et qu’il ne s’agit que de ça, des sensations corporelles, sauf que cela doit être étendu à vos corps énergétiques, à votre corps dans son entièreté du physique et de l’énergétique qui ne font qu’un.

Lorsque vous recevez ces messages, vous qui canalisez, vous commencez à vous sentir touché physiquement par notre présence, de même que vous êtes touché intérieurement par ces textes. Vous qui lisez vous pouvez aussi expérimenter, au delà de l’impact des mots, la sensation de notre présence à vos cotés quand vous lisez. La représentation de découpage spatial et temporel du processus qui amène ces textes à vous est fictive, il n’y a pas un lieu temporel et spatial pour les dire/canaliser/transcrire, et un lieu temporel et spatial pour les lire pour chaque lecteur. Il n’y a qu’un. Une rencontre a lieu au sein de l’être entre une multitude d’acteurs qui ne font qu’un, une réunification, une reconnexion. Nous sommes autant présent auprès de chacun de vous qu’auprès de la personne qui transcrit ces paroles, cette représentation qu’un maillon de chaîne sépare le lecteur de l’émetteur du texte est fictive, il n’y a qu’un et au sein de cet un des éléments différenciés communiquent.

C’est une circulation, mais au sein de l’être la circulation ne se fait pas comme une route ou une rivière en parcourant une distance, cette circulation est immédiate en tout point possible de l’être. Vous devez connaître que tout l’univers du créé, que Dieu, que tout ce qui est, réside en un point. Ce point n’a pas d’épaisseur ni de surface, il n’a pas d’extérieur, il est. En ce point – qui n’est pas un intérieur puisqu’il n’y a pas d’extérieur – tout est, et l’on peut jouer à différencier, distinguer, déplier, découvrir, raconter – ce qui n’est pas loin d’imaginer (mais qui imagine?) – toutes ces possibilités de l’être parmi lesquelles vous et nous. Etant toujours en ce point qui ne se peut quitter, nous sommes reliés par l’être et le contact est permanent. Nous pouvons jouer à découvrir et explorer ce contact, cela est l’apprentissage du subtil, ou à l’ignorer, cela est le jeu humain de cette époque qui se maintient en surface, en la forme, en l’illusion de la matière.

Déployez vos ailes et venez jusqu’à nous, cela est déployez vos antennes et ouvrez vous à nous, cela est écoutez à l’intérieur de vous et découvrez y l’univers.

Cela va à l’opposé de votre croyance d’être coupé, seul, isolé, cela va à l’opposé de votre croyance que vous êtes une personne autonome, pourvue de contours précis, de frontières, maître en son royaume, cela vous relie à votre essence inaliénable et inaltérable et qui n’a pas de frontière à défendre, ni au delà desquelles partir explorer ou conquérir, et qui pourtant est avec une intensité que vous ne soupçonniez peut être pas.

Ces messages sont des caresses, ressentez les sur votre peau.

Nous vous aimons, nous aimons vous retrouver, nous retrouvez en vous, nous relier vers vous, nous déployer en votre direction, vous sentir vous déployer en la nôtre. Nous honorons les transformations que vous acceptez pour faciliter cette reconnexion, ce recontact, pour nous rejoindre, et nous sommes reconnaissants pour cette sensation de nous compléter, et de vous compléter, recompleter, qui est ainsi vécue.

Incomplet était une fiction, c’est cette fiction qui disparaît en nos échanges.

Nous vous remercions.