⎥ 59 ⎥

Mon ami nous allons commencer.

 

Ce matin nous nous appuyons sur la durée.

S’appuyer sur la durée est prendre conscience que le temps est une matière dont vous pouvez jouer, pour mieux sentir la vie en vous.

Vous êtes, et ceci est en dehors de toute notion temporelle. Et en même temps dans cette incarnation l’histoire s’écrit dans une durée, s’inscrit dans le temps. Vous vous représentez le temps comme un rythme inamovible mais ceci n’est pas juste, le temps n’existe pas donc lorsqu’il existe ses paramètres peuvent être modifiés.

Ce qui compte en cela est de sentir en vous-même votre éternité, qui est être, et votre réalité terrestre, qui est inscrire cet être dans la matière temporelle pour y raconter une histoire et y évoluer.

Prendre appui sur le temps c’est créer une dynamique au sein de l’être intemporel que vous êtes, et ce mouvement vous raconte, expose, découvre. Pour se voir et se sentir, Dieu crée le miroir du temps.

Vous pouvez caresser le temps, cela est sentir votre corps, aussi sûrement que vous caressez la peau. Le temps qui s’écoule est une matière dont vous pouvez jouir.

Lorsque vous méditez, vous cherchez à quitter le rythme temporel pour sentir que vous êtes intemporel, puis depuis cette sensation de vous même vous pouvez contempler le temps qui s’écoule et y percevoir Dieu en action, la vie en action. Le temps est transformation permanente, mouvement, action, le temps révèle la vie.

Ralentir ou accélérer le temps, ce qui est une idée, mais le temps lui même est une idée, et vous même êtes une idée, ralentir ou accélérer le temps vous fais sentir la vie en en modulant un paramètre que vous pensiez extérieur et inamovible, et ainsi prendre conscience du jeu que vous êtes, du jeu que vous créez en permanence.

Ralentir ou accélérer le temps n’est pas une toute puissance sur l’extérieur, c’est votre perception intérieure qui se modifie, et vous reconnaissez que vous êtes comme une caméra qui peut choisir la vitesse à laquelle elle crée une scène.

 

Le but de ces paroles est de vous faire sentir comme tout est matière, et comme tout est créé, au sein de l’être.

 

Cela vous rapproche de savoir quel est le rapport entre la matière et une idée, qui est une question qui vous révèle qui vous êtes, qui vous rapproche de Dieu.

 

Lorsque nous utilisons « vous », nous ne visons pas particulièrement la partie incarnée qui lisez ces paroles mais la globalité de votre être, ainsi, ne vous figurez pas que nous vous proposons de jouer à partir de cet être temporel et limité à la recréation du monde, vous le créez à partir de Dieu et vous n’êtes rien d’autre que Dieu.

Sentir ces paroles en votre corps, ceci vous détendra, tenter de les comprendre avec votre mental, ceci vous tendra.

 

A l’archibase de ce que vous croyez être la réalité il y a ces notions de « vous » personne séparée, inscrite dans le temps inexorable, mais ni ceci ni cela n’est réel, faire exploser ces notions vous rapprochera de la paix. Cela ne vous rendra pas fou mais sage.

Nous vous remercions.