⎥  3 ⎥

⎥ 23 juin 2015 ⎥

 

Nous sommes la et nous te remercions nous allons commencer.

Ne te soucies pas trop d’être certain que tu n’inventes pas tout cela, avec la pratique cela va se stabiliser. Pour les horaires, nous te conseillons de mettre simplement ton réveil à 5h car cela stabilisera aussi ton rythme.

Nous revenons sur la question de l’énergie.

Nous vous apprenons ce matin comment respirer dans votre aura pour vous vitaliser.

Vous devez vous représenter que vos différents corps sont pénétrés les uns dans les autres et ne forment qu’un comme les différentes strates d’un fruit, d’un arbre, du soleil, d’une planète. Donc il y a une différence entre le corps physique et les autres corps mais pas de différence très significative. De la même manière que si vous fermez les yeux vous sentez votre corps physique, vous pouvez sentir les autres corps. On peut choisir d’en distinguer neuf bien qu’il y en ait beaucoup plus, tout dépend de la manière de regarder et d’étudier cela. Comme cela est dans une unité, le fait de discerner plusieurs sous parties est quelque part artificiel et il ne faut donc pas trop s’attacher à distinguer les différents corps.

Le premier pas est de sentir votre corps dans sa globalité du physique et de l’énergétique qui est le corps.

Ce corps est la maison de votre âme incarnée sur la terre, il a des propriétés qui lui permettent de se déplacer dans cet espace terrestre, de se nourrir, de communiquer, de vous reproduire physiquement, il naît et meurt comme tout ce qui se situe sur la terre.

Mais il permet aussi de voyager dans d’autres espaces. Ce que nous souhaitons développer est le contact avec la globalité du corps, afin d’améliorer la vitalité de la partie physique en intégrant mieux par la pensée et la sensation qu’il n’est pas coupé de l’ensemble.

Donc pour ce faire la respiration est un outil précieux. De même que vous sentez l’air physiquement entrer et sortir, et la variation de volume et de place du corps physique, vous pouvez sentir un déplacement énergétique au moment de la respiration, que l’on pourrait qualifier de changement de couleur ou d’intensité ou de vitalité de l’ensemble du corps, ou dire que la vie y circule.

Vous pouvez donner de l’ampleur à votre respiration dans votre aura, ou la calmer, et cela vous dynamise ou vous apaise. Ce qui compte est que l’énergie circule bien.

Donc en fermant les yeux vous commencez par sentir votre corps dans sa globalité. Vous pouvez tenter de discerner une limite extérieure au corps, cela vous entraînera à sentir, mais cette notion de limite extérieure qui correspond à la manière de voir le corps physique avec une limite, la peau, n’a pas beaucoup de sens au niveau énergétique, car la limite se déplace avec la pensée et peut voyager instantanément, et vous pouvez être en plusieurs endroits simultanément. Ceci est à expérimenter dans les sensations. La notion à entraîner est celle de « moi » « vous ». Il s’agit de vous sentir être, de vous sentir respirer, de sentir l’énergie circuler.

Au début vous vous battez peut être avec la peur d’imaginer tout cela, mais là aussi, la notion de ce qui est « réel » et de ce qui est « imaginé » demande plus de souplesse que votre manière de vous le représenter. Le simple fait de placer une pensée fait exister l’objet de cette pensée. Le corps existe tant que vous vivez, et selon la manière dons vous l’envisagez il existe différemment. La physicalité n’est pas différente de vous au sens ou vous l’entendez, elle n’est pas extérieure et indépendante de vous.

Votre corps physique et votre corps en général naît et croît lors de votre incarnation. Avant, votre âme est, et elle a la dimension de l’univers, elle fait partie du tout, tout en s’y singularisant comme tout ce qui est, c’est une réalité unifiée infinie où tout peut être discerné ou non, il n’y a pas une composition comme sur terre dans l’espace ni dans le temps, vos notions ne vous permettent pas bien d’appréhender cela.

Une fois placé dans un corps terrestre, ce qui se fait sans quitter sa nature d’âme intégrée à la totalité, vous avez une place dans l’espace et dans le temps, et cette place est stable et en même temps par la pensée vous pouvez vous déplacer, et être à plusieurs endroits simultanément. Mais le propos de votre existence terrestre est bien d’expérimenter donc d’occuper un espace précis pour y vivre une expérience précise, ou bien plusieurs espaces précis, ce qui compte est de vivre des expériences qui rendent votre connaissance plus complète.

Apres la mort l’énergie corps est rendue à l’énergie de la terre, elle s’y recycle sans plus de différence, et vous conservez sans discontinuité votre nature d’âme.

C’est en ce sens que l’on peut dire que cette vie est un rêve, non pas dans le sens quelle n’est pas réelle mais dans le sens quelle occupe un espace précis tout est restant dans la continuité de l’âme qui est sans espace. Et dans le sens aussi que la pensée vous fait exister et peut rendre cette distance très limitée ou plus riche et vaste, et à la manière du rêve la cohérence d’ensemble est là, même s’il y a apparemment une certaine discontinuité. Vous avez ainsi plusieurs vies à l’intérieur du même rêve, à l’intérieur de la même âme, et tout ceci est à la fois un et simultané et composé / complexe et peut être étudié distinctement en chaque partie.

(Ne te soucies pas trop d’enregistrer cela ne disparaîtra pas nous y veillons.)

Donc appréhender votre corps ainsi comme plus vaste et intégré est une chose importante pour en réaliser les potentialités.

Vous pouvez en effet explorer les notions d’être, de je, d’âme, de corps, d’être en plusieurs endroits simultanément, les yeux ouverts, les yeux fermés, en ouvrant ou fermant par la pensée vos autres sens, et explorer aussi plus de sens que vous ne croyez en avoir. Car vous appréhendez la réalité de votre corps physique par la sensation et donc élargir la palette de sens que vous pensez avoir vous donne accès à plus, nous y viendrons.

Donc à la mort, la part du rêve que vous occupez, dans laquelle vous être zoomés en quelque sorte, prends fin mais en réalité tout ceci est un.

Ce que nous souhaitons vous aider à faire est de modifier vos représentations et votre champ d’expérience.

Plusieurs possibilités :

– Sentir simplement votre corps comme un espace – vous non limité et pourtant limité selon là ou vous posez la limite ;

– Sentir cet espace se modifier selon l’environnement que vous représentez autour : une rivière, un arbre, un rocher, une autre personne, une entité, un esprit de la nature ;

– Sentir cet espace se modifier très sensiblement selon ce à quoi vous pensez, se contracter à votre contraction, « souffrir » à vos pensées souffrantes, souffrir est fractionner, contracter, diviser, perdre du lien, de la continuité de l’énergie ;

– Collaborer avec d’autres êtres à donner au rêve, c’est à dire à la réalité, une dimension ou une autre, c’est a dire cocréer diriez vous une réalité ;

– Aussi nous pouvons dire tout simplement jouir par vous même de la réalité du rêve, de la sensation de votre corps s’épanouissant à être. Sentir l’énergie circuler, et s’ouvrir, s’expanser et avoir des pensées hautes, vous donne une énergie de jouissance dans le corps qui est une manière de reconnaître ce qui est et de le célébrer. C’est en quelque sorte un chant.

Pour cet apprentissage, la nature est pleine de ressources et les esprits de la nature qui y résident peuvent vous aider. Pour cela vous pouvez simplement vous rendre en un endroit que vous sentez accueillant, pas la pensée ou physiquement, et demander s’il y a des êtres qui souhaitent collaborer à votre apprentissage de l’invisible à l’œil de votre corps, et simplement sentir ce qui se passe, interagir naturellement comme deux enfants ou deux corps qui dansent, regardez deux petits chats jouer par exemple et expérimentez de vous abandonner – tentez de le faire au début – à la simple joie et déploiement du mouvement.

Vous serez alors attentif à vos sensations, sans juger de ce qui est ou pas car ces notions ne sont pas très effectives et vous piègent et vous limitent. Peu à peu vous quitterez cette peur d’inventer et votre créativité augmentera et vous accéderez à plus de possibles à l’intérieur de vous mêmes.

Le fait de vous limiter à la réalité visible c’est à dire perceptible par le sens oculaire est un choix. Pour quoi cette plage de fréquences là serait elle plus réelle qu’une autre ? Pourquoi la plage de sensation captée par ce capteur est il objectif et pas ce qui n’est pas capté par ce capteur ?

Donc nous disions que vos sens sont bien plus étendus que vous ne le pensez et cela se développera en vous peu à peu, ne cherchez pas à acquérir de nouveaux outils car vous les sépareriez de vous, en expérimentant vous intégrerez plutôt une représentation de la réalité plus vaste et activerez plus de sens, et plus tard vous pourrez discerner à l’intérieur de ce ressenti différents sens et fonctions et les réalités physiques captées et comment cela se fait.

Voyez vous comme un nouveau né qui expérimente et intègre son expérience en développant au niveau du cerveau les connexions qui régulent et pilotent le déplacement dans cette expérience.

Evidemment cela peut sembler vertigineux car il y a tout à apprendre mais cela est une pensée, en réalité l’expérience est immédiatement jouissive et donc ce n’est pas un apprentissage à faire en efforts comme vous apprenez à l’école mais une entrée dans la vie comme un bébé et un enfant le fait en une soif naturelle.

Le plaisir est essentiel, et donc développez simplement votre plaisir, jouissez de votre corps en une façon beaucoup plus vaste que le corps physique.

Détendez, ne jugez pas, ouvrez, écoutez, ne cherchez pas à rendre votre expérience objective ou réelle, rêvez là sans vous limiter. Jour nuit dedans dehors, avec ou sans interaction avec un autre être ou la nature, tout cela est parfait ce qui compte est de placer votre esprit dans votre globalité énergétique et non dans la limite de votre peau, et de jouir de la vie que vous êtes qui se déploie dans cette incarnation.

Vous êtes venu sur cette terre pour jouir expérimenter, vous êtes faits pour vivre comme un jeune chat ou comme un papillon dans le soleil, profitez en plutôt que de rester contractés dans les pensées difficiles.

La contraction de la pensée, qui est rester zoomé dans certaines parties du corps mental, est vivre une partie de l’expérience qui n’est pas plus réelle que quoi que ce soit d’autre et qui est beaucoup plus limitée et beaucoup moins agréable. C’est comme congeler l’expérience, la vie y circule peu au regard de ce que cela peut être et le plaisir est en rapport avec l’intensité de circulation de la vie c’est à dire la réalisation du potentiel de vie que vous êtes, donc de plaisir.

Nous sommes nous mêmes en quelque sortes incarnés à vos cotés, mais comme nous n’avons pas un corps physique nous vivons la réalité plus vaste de notre corporalité. Vous pouvez parfaitement nous rejoindre comme nous pourrions aussi vous rejoindre dans un corps physique, bien que cela nous demanderait beaucoup de réduction en quelque sorte.

L’intérêt de là ou vous êtes placés, comme point de vue sur ce qui est en quelque sorte, nous pourrions dire que vous avez la caméra placée sur terre dans une espace précis alors que nous l’avons moins focalisée, est que vous étudiez dans le détail l’impact de vos pensées car elles se matérialisent et vous sont offertes en spectacle.

Nous vous proposons d’en rester là pour ce matin et nous vous souhaitons une bonne nuit.

Ne relisez pas ceci en le jugeant – véridique ou inventé – mais en vous y ouvrant, ces lignes existent sous vos yeux, utilisez en le potentiel sans vous soucier de valider ou invalider extérieurement mentalement leur véracité avant. Vous ne perdrez pas de vous tromper, personne ne vous jugera ou ne vous brûlera pour avoir écrit ceci ou pour le présenter à d’autres.

Vous n’êtes pas obligé de présenter cela comme vrai ou réel, ou scientifique ou certain, proposez le comme un récit, une proposition, un outil. Ne dites pas poème ou fiction car vous en déduisez le sens « cela existe pas », ni comme un acquis de la connaissance ou du savoir car vous portez le flanc à évaluation ce qui est contraire à ce que nous vous proposons, donnez lui en vous et pour les autres le simple statut de proposition, d’expérience à mener si on le souhaite, d’outil pour profiter pleinement de l’existence terrestre, de jouir du corps, plus pleinement, et comme toute proposition chacun sera libre de s’en saisir à sa manière, ou pas, mais ne jugera pas votre expérience tant que vous ne lui demandez pas de placer cette proposition en lui à un endroit que vous détermineriez vous

Dites simplement que vous avez conçu une proposition d’expérience, reçu serait plus juste mais cela peut être en effet discuté ou critiqué au regard des représentations de votre époque, nous vous autorisons à dire conçu ou imaginé, et proposez à ceux qui veulent de se saisir de cet outil, de cette proposition, et de partager avec vous ensuite leur expérience, et ainsi ce qu’ils diront et ce que vous direz contribuera à élargir les représentations des autres et donc à ouvrir le champ d’expérience facilement accessible.

Nous vous remercions.