Cet article est une copie du dernier numéro d’archimédien envoyé par email chaque vendredi soir

Place des femmes, place des hommes | archimédien N°4

archimédien

Chaque vendredi à 18h, émergez de l’actu avec nos alliés galactiques

Vendredi 1er février 2019

_Dans Archimédien cette semaine, le féminisme, l'évolution des rapports homme femme. A Berlin, la journée internationale de la femme chaque 8 mars vient d'être instituée en jour férié.

Texte alternatif

EDITORIAL

" L’équilibre c’est l’équilibre polaire en vous. Votre masculin, votre féminin. Du travail, vous en avez, et ce n’est pas de changer l’autre mais vous-même.


Chers amis, vous êtes placés à une époque où la recherche d’équilibre est au centre du jeu. Que ce soit dans vos modes de gouvernance, vos familles, ou à l’intérieur de chaque être humain.

L’équilibre c’est l’équilibre polaire en vous. Votre masculin, votre féminin.

Féminin des hommes, féminin des femmes.

Donc l’enjeu est moins Hommes / Femmes, et de la place des femmes dans la société, salaires, reconnaissance, que dans l’équilibre du masculin et du féminin, et le débat gagnerait à être replacé sur ces termes. Le reste est une conséquence.

Les femmes durant une longue période historique ont été placées dans un rôle domiciliaire, alors que les hommes étaient placés à l’extérieur. Eux maîtres de la société, elles, maîtresses du foyer. Ces deux empires, exclusifs, étaient déséquilibrés. 

Noter que la place des femmes au dehors est réduite, dans la cour de l’école, dans la rue, dans les responsabilités collectives, sans dire que la place de l’homme est réduite, dans la présence auprès du bébé, dans l’organisation et la décoration du temple qu’est le foyer, dans le droit à la parole intime, voir l’un sans voir l’autre, est déséquilibré, est en mode victime et cela n’augure pas de véritables progrès.

Ces questions de place, se règlent au dedans de chaque individu.

Ainsi donc nous parlerons masculin et féminin.

Hommes et femmes à cheval, partis en direction de l’extérieur pour mener leurs projets, manier la lance, parler et pérorer sur ce qui doit être, puis le faire, coopérer avec d’autres cavaliers pour créer ou obtenir ou vaincre, cela est le masculin.

Hommes et femmes au dedans d’eux-mêmes pour sentir, pour se recueillir, pour se connecter à la vie, à eux-mêmes, découvrir qu’ils sont la terre et l’eau, et qu’ils sont l’univers, accéder à leur parole divine, à leur humilité, à leur intimité, à leur vérité, cela est le féminin.

Un féminin sans un masculin est perdu dans un petit bocal ou il marine sans pouvoir en sortir, et cela est frustrant car vous êtes incarnés pour vous transformer et ne pouvez le faire sans vous exposer au dehors en projets et tentatives.

Un masculin sans un féminin est vaines chevauchées, arrogance sans borne, projets et guerres que rien ne justifie, désirs irraisonnés de conquête, perte de soi, errance, action déconnectée de Dieu, désastre. Et cela est désolant car vous êtes incarnés pour offrir à votre âme un destin terrestre.

Maintenant que vous lisez ceci et que cela vous paraît évident et clair, selon que vous soyez un homme ou une femme, qu’allez-vous en déduire opérationnellement ? Qu’allez-vous en faire ?

Pour vous les hommes, vous verrez que votre féminin est votre porte. Vous devez plonger en vous-mêmes et ouvrir votre intimité, et vous connecter à la terre mère, et pénétrer la grotte des ancêtres, et y boire l’eau de la vie, et en ressortir humbles et purs. Votre action s’en trouvera plus juste, votre vibration s’en trouvera plus équilibrée, et votre puissance d’homme pourra s’exprimer. Votre masculin érigé dans la justesse de votre féminin, justesse qui est reconnexion au tout.

Pour vous les femmes, vous verrez que votre masculin est votre porte, que plutôt que de vouloir changer le comportement des hommes vous pouvez découvrir et annexer en vous-même un masculin puissant. Cela est oser vous estimer et trouver votre propre sécurité et autorité. Une femme qui a trouvé sa propre estime, lorsqu’elle s’exprime, le fait naturellement avec autorité. Lorsqu’elle se déplace dans la rue, elle n’a pas peur, elle ne s’imagine pas faible mais forte, et de fait, nul péril qu’elle ne pourrait gérer ne la guette. Elle ne se sent pas violable, car sa propre autorité la protège. Grandie dans cette confiance-là, elle s’autorise à s’ouvrir et s’exprime pleinement, en actions et idées nouvelles connectées à la planète et à l’univers et mises en mots et en actes pour son bien et le bien du monde.

Donc se victimiser par rapport à l’autre sexe n’a pas de vertu. Cela n’est pas la voie. 

Découvrir quelle polarité est défaillante en vous et vous mettre en route pour la développer, pour vous l’offrir, ce qui est travailler sur votre ouverture et connexion pour vous les hommes, votre sensibilité, et travailler sur votre estime, confiance et sécurité intérieure pour vous les femmes, cela est la voie efficace.

Du travail, vous en avez, et ce n’est pas de changer l’autre mais vous-même.

Nous vous saluons amis faits d’eau.

Vos amis d’air.

Texte alternatif

POUR APPROFONDIR

" Eriger la différences des sexes en évidence est se fourvoyer dans la surface des choses.


_Faire de la journée de la femme un jour férié ?

Que feriez-vous d’un jour férié des femmes s’il n’y a pas de jour férié des hommes ? Cela revient à dire que le déséquilibre à corriger est du coté des femmes, à qui faire plus de place, et cela est une vision erronée, faire plus de place aux hommes est l’enjeu symétrique.

Votre monde évolue, et les hommes trouvent plus de place au foyer, plus de temps avec leurs enfants, plus de temps pour s’occuper d’eux, et les femmes plus de temps pour s’impliquer dans le monde, laissez faire ces rééquilibrages sans en faire des guerres ou des démonstrations de force.

_Le féminisme ?

Concevoir le rééquilibrage comme une guerre est prendre le modèle de ce masculin tout puissant et déconnecté de lui-même qui veut prendre la place des autres parque qu’il estime qu’il n’en a pas assez. 

Donc pour les femmes cela revient à intégrer le modèle dont elles se plaignent et à l’opérer elles-mêmes. Ce n’est pas un progrès. 

Mais ces propos guerriers sont la surface, vous ne parlez que de ça mais vous ne voyez pas le véritable féminisme, qui est un mouvement de fond où les femmes prennent confiance en elles et veulent participer et contribuer, et collaborer avec les hommes pour bâtir le monde. Et vous ne voyez pas que la très grande majorité des hommes accueillent cela avec joie et soulagement, car gérer le monde est aussi une charge et qu’ils sont heureux de cette collaboration vertueuse. 

A ne relayer que les propos de celles et ceux qui sont les plus déséquilibrés, blessés, dérangés parfois, et à croire que ces propos représentent « les hommes » ou « les femmes », vous vous laissez berner par une présentation factice. 

Regardez plutôt autour de vous, est-ce que les femmes n’accueillent pas les hommes, leur ouvrant les portes de leur savoir intime ? Est ce que les hommes n’accueillent pas les femmes avec joie dans les responsabilités extérieures ? C’est le cas de la majorité, portez votre regard là plutôt que sur celles et ceux qui résistent et vitupèrent et se plaignent et accusent, ne reflétant ainsi que leur propre incapacité à se découvrir, s’équilibrer, et s’autoriser leur masculin, leur féminin. Vos seules résistances sont vous.

_L’écriture inclusive ?

Le fait pour une femme de se sentir un féminin, et de se sentir blessée par une langue qui dans sa forme donne priorité au masculin reflète son déséquilibre. 

Si elle se sait un masculin, tout autant que les hommes, à part naturellement égale, et si elle sait que le propre du masculin est de porter la parole vers l’autre, de son intime vers l’extérieur, elle ne s’offusque pas que la langue donne une prééminence au masculin et ne considère pas que cela est excluant ou humiliant, ou place secondairement les femmes, qui sont tout autant masculine que les hommes. Elles y voient leur masculin.

Donc ces batailles sont de surfaces, ne vous compliquez pas trop la vie et allez à l’essentiel.

Les hommes de leur coté n’ont pas à se justifier de la prééminence du masculin dans la langue, car ils ne sont pas propriétaire du masculin, mais copropriétaires à part égale avec les femmes.

_Au final, quelle différence y a t’il entre les hommes et les femmes ?

Au final, fort peu. Dans votre développement embryonnaire cela est décidé fort tard. Des humains équilibrés, même leurs traits et caractéristiques corporelles s’harmonisent et les corps tendent à se ressembler. Des hommes et des femmes équilibrés dans leurs polarités qui entreprennent et prennent parole, vous ne ressentirez si vous fermez les yeux et écoutez la vibration que fort peu de différence. 

Eriger la différences des sexes en évidence est se fourvoyer dans la surface des choses. 

Ces différences existent d’autant plus que vous ne vous équilibrez pas, et plus vous vous équilibrez plus elles disparaissent. Ce qui en reste alors est comme la différence entre deux fleurs, fleur male, fleur femelle.

_Pourquoi dites-vous amis d’eau pour nous et amis d’air pour vous ?

Amis d’eau fait référence à votre planète où la vie est basée sur l’eau, vous êtes toutes et tous de la même eau, de notre point de vue nous ne nous adressons jamais différemment à un homme ou à une femme, nous vous voyons mêmes.

Amis d’air cela fait référence à notre relative déconnexion d’un support matériel pour créer nos corps de vie, notre corporalité est plus volatile et parcourt les distances sans se départir d’elle-même.

Texte alternatif
Texte alternatif

QUESTION SUBSIDIAIRE 

_J'ai une question par rapport au destin de la Terre. Je donne tous les mois à une association qui replante des arbres sur la ceinture tropicale et dès que je vais me promener en forêt, je ramasse les déchets qui traînent. Cependant je ne sais si c'est assez pour aider ma Terre mère car les Arbres et certaines espèces animales songent à quitter la Terre définitivement. 

Que puis-je faire pour que le cycle de la vie sur Terre ne soit pas interrompu par la pollution et l'avidité ?


Chère Maud votre préoccupation vous honore et vous déstabilise en même temps. 

A votre niveau, le mieux que vous puissiez contribuer est votre plus haute vibration, et celle-ci repose en grande partie sur la confiance et l’estime.

Ainsi donc, continuez à faire ce que vous faites sans voir cela comme une goûte d’eau sans impact probant. Ainsi donc, continuez à faire cela sans l’assortir de jugements, ni positif sur vous engagée dans ce geste, ni négatif sur d’autres qui ne font pas de même. Ainsi donc, continuez à faire cela en ajoutant à votre note lorsque vous le faite une note de confiance en le destin du monde, et d’humilité quant à votre regard sur ces choses, et de gratitude sans objet.

Faites cela et sachez que c’est bien assez, ne vous placez pas sur les épaules tout le destin du monde. Faites cela pour vous et non pour sauver la planète. Prenez-y tout simplement un humble plaisir.

Quand aux espèces animales qui disparaissent, sachez chers amis que rien, absolument rien sur cette planète qui ne doive bientôt disparaître, ces destinées sont de très brèves apparitions-disparitions dans l’infini du temps. Cela n’a pas à vous désoler, votre mort non plus ne sera pas un désastre.

Nous vous remercions pour votre importante question.

 


Lors de votre lecture une interrogation vous vient ? Un étonnement ? Envoyez par email votre "question subsidiaire", la réponse sera publiée vendredi prochain. 


Texte alternatif

MISE EN ACTION

_Ce que je pense des hommes, ce que je pense des femmes... 

_Cette semaine je vous propose, pour les femmes de s'intéresser à leur masculin, pour les hommes de s'intéresser à leur féminin, à travers un exercice très puissant et très transformateur.

Pour ce faire, vous devez prendre un temps pour vous, sans sollicitation ni distraction, un temps d'intériorité. Coupez toutes notifications, alertes et appels. Un temps pour vous seul où vous ne serez pas interrompu.

Si je suis une femme, j'écoute ce que je dis, ce que je pense des hommes, et je le note : Je liste ce que j'estime chez les hommes, et mes principaux griefs. Si vous êtes en couple, utilisez abondamment ce que vous pensez de l'autre. Vous pouvez aussi bien rappeler le souvenir d'un ancien compagnon. Ne ménagez pas vos critiquez, dites ce qui sort sans rien censurer.

Si je suis un homme je fais de même, je prends un moment pour moi et je mets par écrit ce que je pense des femmes, en bien, en mal. Si vous êtes en couple, utilisez abondamment ce que vous pensez de l'autre. Vous pouvez aussi bien rappeler le souvenir d'une anciene compagne. Ne ménagez pas vos critiquez, dites ce qui sort sans rien censurer.


- Ne lisez la suite que lorsque vous aurez fait ce travail -






Maintenant, prenez vos notes et réappropriez-vous ces mots comme adressés à votre masculin et non aux hommes, si vous êtes une femme ; à votre féminin et non aux femmes si vous êtes un homme.

Prenez ces mots comme dits de vous à vous, de vous à cette polarité insuffisamment reconnue et explorée en vous. Prononcez-les et écoutez-les.

Ecoutez votre tonalité : comment parlez-vous, quel ton employez-vous envers cette polarité qui est vôtre et que vous n'accueillez pas pleinement, que vous jugez. Voyez au travers de ce que vous dites de l'autre sexe ce que vous attendez de votre propre masculin, de votre propre féminin. Vous pensiez juger les hommes, les femmes, écoutez comme vous vous jugez vous mêmes dans cette polarité que vous laissez de côté.

Ecoutez-vous aussi reconnaitre et célébrer et observez si vous pouvez authentiquement reconnaitre que ces compliments s'adressent à votre masculin / féminin.



Puis, éventuellement, placez-vous dans cette polarité masculine si vous etes une femme, feminine si vous êtes un homme - décidez simplement d'incarner, là, maintenant, cette partie de vous. Ecoutez, ressentez. Qu'est-ce que cette polarité a à répondre à ces mots couchés sur le papier puis prononcés. Parlez.



Voyez où ce dialogue vous mêne.

Si vous vous sentez à l'aise, passez d'une polarité à l'autre et dites-vous tout ce que vous avez à vous dire, votre masculin répondant à votre féminin, votre féminin répondant à votre masculin. Utilisez ce que vous pensez des hommes, des femmes pour alimenter cette discussion interne. 

Peut être aurez-vous à vous demander pardon, du masculin au féminin, du féminin au masculin, à vous remercier, à vous témoigner de l'amour et de la reconnaissance ? A prendre acte de beaucoup d'incompréhension ?


A là fin, vous deux, l'homme que vous êtes et la femme que vous êtes, que vous soyez homme ou femme, embrassez-vous si ce geste vous vient, ou prenez acte de la distance. 

Ultimement, si pratiquer ce dialogue de vous à vous se fait régulièrement, peut-être en arriverez vous à vous demander en mariage. Un mariage intérieur, intime, dont vous n'aurez même pas besoin de parler mais qui illuminera vos jours.

​​​​​​​Rafael

 


J'essaie archimédien gratuitement pendant un mois

Essai gratuit
 


Je m'abonne au prix

de   par mois ( 8 € )

Je m'abonne
Des réactions ? Dites-le ici !

Vous recevez cet email parceque vous vous êtes inscrit sur la-lumiere.fr. Pour être certain-e de recevoir archimedien, placez l'expéditeur dans votre carnet d'adresse


archimédien

Chaque vendredi à 18h, émergez de l’actu avec nos alliés galactiques