⎥ 61 ⎥

Nous allons commencer.

 

Nous disons ceci aux humains.

Parfois le chemin vous semble ardu, vous regardez vers l’avant et manquez de courage, mais cette impression, cette interprétation est une pure construction de votre esprit, une énergie qui vous maintient artificiellement au sol.

Certes lorsque vous êtes au prise avec une énergie descendante qui vous pousse au repli, à la fermeture, au sommeil, ou à tous types de compensations alimentaires, sexuelles, sportives, relationnelles, professionnelles, lorsque vous êtes aux prises avec votre image dégradée de vous même, avec votre peur de ne pas trouver l’énergie de faire face, sachez que ce symptôme n’indique aucune maladie. Sachez qu’il n’y a rien à guérir. Il n’y a que ce symptôme et ce symptôme n’est rien.

Bien sûr vous pouvez passer une vie entière prisonnier de ce symptôme, de cette énergie, et il est souhaitable de s’en débarrasser, mais ne le regardez pas comme étant vous, comme étant issu ou produit par vous. Simplement il y a vous, et il y a cette énergie délétère que vous vivez.

 

Pour en sortir il est de nombreux chemins, mais nous voulons vous dire qu’à tout moment vous pouvez demander de l’aide, et si cette demande vient de vous et n’est pas une manifestation du symptôme, si cette demande vient de vous et non du nuage gris qui vous entoure, si cette demande vient du cœur et est sans colère ni exigence, alors vous sentirez immédiatement que vous êtes porté et conduit en dehors de ce nuage de démission, de ce brouillard qui vous dissimule la vie pleine que vous êtes.

 

Donc tout réside dans la demande, dans votre capacité à demander.

Mais lorsque vous êtes pris dans une énergie mortifère, vous ne demandez pas car déjà demander est le signe que vous sortez vous même de cette inertie.

 

Aussi le premier pas est le fait de ne pas vous identifier. Restez toujours présent à la réalité qu’il y a vous et qu’il y a cette énergie qui vous dissimule à vous, et que cela n’est rien. N’y mettez pas d’enjeu.

Regardez juste la scène, regardez vous, regardez votre inconfort ou votre souffrance, et lorsque vous vous serez suffisamment dissocié de cette énergie, vous aurez la capacité à demander quelle vous quitte, ou demander de la quitter.

Les possibilités d’aide sont multiples et les êtres qui vous accompagnent, ainsi que le pouvoir miraculeux de votre âme, trouveront le chemin adapté pour vous selon les circonstances.

 

Vous êtes lumière, cette lumière joue parfois à se trouver dissimulée, mais rien de cette dissimulation ne vous diminue, dégrade ou réduit, cela ne se peut pas. Acceptez tout, sans vous dévaloriser, sans vous identifier aux circonstances, n’attachez pas grande estime et importance aux circonstances.

Nous vous disons encore ceci : Vous n’avez rien à faire, il n’y a rien à faire, contentez vous d’être, sachez que vous ne pouvez rien faire d’autre que être, cessez de courir après vous même vous êtes déjà là. Vous ne pouvez pas vous atteindre, vous ne pouvez pas vous trouver, vous ne pouvez pas vous réaliser, vous êtes. Déjà vous êtes.

Vous ne pouvez jamais atteindre plus que être, il n’y a pas plus grande réalité ou possibilité ou potentiel que Etre. Etre est sans niveaux, graduation, qualités, quantité, être est ce que vous êtes. Vous n’êtes pas moins que Dieu et ne pouvez progresser vers lui, vous êtes et cela est pleine lumière, vous n’êtes pas des enfants qui grandissent, vous êtes.

Donc n’écoutez pas les circonstances, n’attachez pas tant d’importance à ce que vous vivez, réussissez ou ne réussissez pas, à l’énergie que vous avez, à la santé ou à l’argent, tout ceci est un décor de pacotille, une fine surface artificielle et inexistante du point de vue spirituel, car de toutes manières et quoi qu’il arrive, vous êtes.

Prenez conscience du simple miracle d’être, du fait que cela vous place à rang égal avec tout être, toute autre partie de Dieu, que votre lumière n’est pas divisible ni séquençable, que les circonstances que vous vivez sont simplement les circonstances que vous vivez.

Si vous croyez ne pas vous aimer, si vous croyez ne pas vous estimer, cela fait partie des circonstances, cela fait partie de l’illusion, cela ne vous empêche pas d’être, ne peut jamais vous retirer quelque parcelle de lumière, vous êtes indivisible, inaliénable, éternel. Eternel ne vaut pas dire que vous durerez longtemps car il n’y a pas de durée. Vous êtes. On ne peut rien dire de plus ni célébrer de plus beau.

Alors lorsque vous vous sentez faible, fragile ou en difficulté, lorsque vous manquez de force, lorsque votre comportement ne vous semble pas être à la hauteur de ce qu’il faudrait, de ce que vous voudriez, regardez tout cela depuis cette conscience pure de vous même, et voyez comme cela glisse sur votre surface inouïe.

Baignez en vous même et le reste n’a aucune importance.

Nous vous remercions.

Baigner en vous même est plonger dans cette sensation d’être, et en goûter l’immensité.