La-lumière

⎥ 81 ⎥

Mon ami, nous allons commencer.

Nous te demandons de ne pas te soucier d’atteindre le calme mental.

Le calme mental est un état que vous valorisez, vous y trouvez certes la paix, mais vous devez surtout trouver la paix y compris lorsque votre pensée est active. C’est comme un moteur de Rolls Royce ou de Ferrari, il ronronne et rugit à la moindre sollicitation au moindre courant d’air sur la pédale d’accélérateur, et vous êtes le conducteur calme et avisé. Prenez plaisir dans votre voiture immobile à entendre rugir le moteur, prêt à élancer votre véhicule vers là où vous direz.

Ne vous laissez pas non plus hypnotiser par ce rugissement, et ne laissez pas la voiture vous emmener toute seule.

Donc le calme est de rester calme en un lieu qui est plus profond que la pensée, et le calme de la pensée est à ne pas confondre avec le calme de la profondeur de l’être, où vous devez vous tenir, et qui est vibratoire.

Cette profondeur de l’être où vous devez vous tenir en toute circonstance a plus à voir avec l’acceptation et l’ouverture qu’avec le calme du flux de pensées.

Aimez, aimez vous, aimez vos imperfections, aimez vos pensées qui défilent, soyez le parent attendri qui entend son enfant babiller.

Nous vous remercions de converger dorénavant vers cette attitude plutôt que vers une tentative de pacifier le mental qui ne vous emmènera que dans un porte-à-faux intérieur, un combat contre vous même, et pourquoi vouloir brider un moteur de cent mille chevaux ?

Il se tient prêt à vous servir, aimez le, et ouvrez vous simplement à la vie, la vie des phénomènes dont il fait partie, comme un arbre, une fleur, une baguette de pain.

 

Pour ce matin nous vous enseignons l’entendement.

Cela est justement de vous ouvrir, et de cette ouverture laisser infuser des notions qui vous sembleraient compliquées ou contradictoires, mais qui vous sembleront simples. Vous ne les comprendrez pas logiquement et mentalement, vous les comprendrez par l’ouverture et en les laissant vous comprendre.

Donc c’est un relâchement, c’est s’offrir à la vie, c’est aussi ne plus pouvoir justifier devant les autres de ce que vous pensez, connaissez être vrai. Car l’entendement est de l’ordre de la vibration et pas de l’explication. Votre niveau de confiance doit être suffisant pour que vous acceptiez de ne pouvoir vous expliquer, vous justifier, que vous acceptiez de n’être pas compris parfois, que l’on vous prenne pour qui l’on voudra vous prendre, que des parents ou amis s’inquiètent pour vous, mais leur inquiétude leur appartient et ne parle que d’eux. Ne soyez en rien responsable de ce que pensent et vivent les autres, fussent ils vos proches, concentrez vous sur le seul lieu de votre responsabilité, votre climat intérieur, et mettez y la confiance.

Cette confiance, ouverture, offrande totale de vous même à vous même, cette confiance est la porte de l’entendement.

Dans cette confiance vous voyez juste, vous savez ce qu’il en est de vous, de vos relations, vous voyez clair en toute circonstance. Cet état de clarté est extrêmement confortable, plus confortable que l’incapacité à vous justifier parfois ne sera inconfortable.

 

Pour la suite de votre cheminement nous vous disons ceci : ne cessez jamais d’aller en vous, en profondeur, ne vous perdez jamais en direction de l’autre, ne croyez jamais vivre quoi que ce soit à cause ou par l’autre.

Vivre en complément de l’autre, c’est à dire à coté de lui ou d’elle, et observer ce que cette réunion apporte de vie, cela est juste, vivre auprès de l’autre en une fausse harmonie ou chacun puise en l’autre, cela n’est pas souhaitable.

Donc allez sans cesse en direction de vous même, en votre centre, soyez responsable de vous même et en rien responsable de l’autre, cela est le chemin juste, et ainsi seulement vous trouverez-vous en train d’aider justement l’autre, de cette aide qui ne concerne que vous, qui ne laisse aucune trace de demande affective en retour de votre aide.

Chacun de vos gestes sera pur et sans attente, ne pèsera pas en l’autre, parce que vous n’y aurez mis aucun poids.

Nous vous remercions de ce chemin vers la paix, votre paix, celle que nous partageons car nous sommes cette paix, cette paix qui se trouve profondément en nous tous et nous irrigue à chaque instant.

Nous vous remercions et vous souhaitons une bonne journée.

Vos amis du désert.