⎥ 55 ⎥

Nous commençons.

 

Ce matin nous vous parlons de l’ennui.

L’ennui vous saisit lorsque vous vous placez en attente d’être sauvé, lorsque vous vous placez perdu et imaginez que quelque chose ou quelqu’un vient vous sauver.

Vous sauver c’est à dire tendre la main vers vous et vous signifier que vous êtes aimé, considéré, que vous n’êtes pas seul, que vous n’êtes pas séparé.

L’ennui est une manifestation de l’idée de séparation.

Donc l’ennui est une attente insatisfaite et qui ne pourra trouver satisfaction.

Aucune réponse satisfaisante ne peut être trouvée à l’ennui, il est simplement possible d’occuper le terrain, c’est à dire de masquer la situation émotionnelle par une émotion plus forte, c’est une sorte de faim qui exige son repas, et l’ayant éventuellement reçu, retrouvera toujours sa faim.

La seule réponse à l’ennui est donc intérieure, est de se souvenir de sa propre plénitude.

Afin de masquer l’ennui, les humains se lancent souvent dans une succession effrénée d’activités, et plus ces activités sont intenses et masquent l’ennui, plus l’ennui apparaît fortement si ce rythme d’action s’arrête.

 

Donc un enfant qui s’ennuie, mieux vaut en quelque sorte le laisser se confronter à son ennui que l’habituer à le masquer par de l’action.

 

La prière, la contemplation, l’écoute intérieure, sont des sorties de l’ennui, se tourner vers soi même et y retrouver un flux d’action ou de non action qui soit le flux de la vie et non une recherche d’oubli de l’ennui, cela est une manière juste de quitter cette idée qu’est l’ennui.

L’ennui est une émotion bâtie sur l’idée que vous êtes séparé et seul face au monde, à la vie.

Donc ne fuyez pas l’ennui, habitez le, accueillez le, il vous guidera de retour vers vous même. Vous êtes plus proche de la vérité en vous ennuyant que si vous vous lancez artificiellement dans l’action.

Car se lancer dans des actions qui soient des « occupations », tôt ou tard vous en sortez et devez réaffronter votre ennui, ceci sera d’autant plus brûlant que vous aurez consacré beaucoup d’énergie à le fuir.

Vous perdre et vous chercher, une vie humaine tourne beaucoup autour ce de jeu là, oublier Dieu et retrouver Dieu, découvrir puis oublier la peur.

Nous vous remercions.