⎥ 21 ⎥

Nous allons commencer,

 

Ce matin nous vous entretiendrons de l’apprentissage de la parole.

Vous devez vous souvenir de ce que vous savez.

Ce que vous savez est ce que la connaissance est en vous.

Vous cherchez généralement la connaissance à l’extérieur chez une autre personne ou dans un livre, ou bien vous l’acquerrez lors d’une formation. Mais vous pouvez accéder en vous-mêmes à la connaissance dont vous avez besoin lors des phases de votre vie.

Cela signifie que puisque le temps est horizontal, vous pouvez vous souvenir de tout ce que vous savez, avez su, saurez, il n’y a pas de limite, à l’échelle de toutes vos vies.

Par votre âme vous avez accès à toute la connaissance. Ainsi la sagesse est universelle, c’est à dire universellement partagée.

Donc ce que vous devez faire pour connaître ce que vous connaissez est de vous ouvrir à une forme d’inconnu, car cela n’est pas en votre mémoire cérébrale de cette vie là, et qui est du connu, car ceci est accessible par votre âme.

 

Dans certaines conditions il vous est demandé d’être créatif, c’est à dire de trouver des solutions qui n’appartiennent pas à votre époque, pour les contribuer. Chaque chose a sa place et ce qui doit arriver par vous doit arriver par vous. Chacun son rôle dans le déploiement de la vie. Donc nulle censure par rapport à une répartition sociale des rôles, nulle censure par rapport à ce que vous pensez être « capable de… » ou ce que vous pensez détenir comme compétence.

Vous devez vous laisser aller à votre intuition comme un tout petit enfant dessine sans obéir à aucun modèle car il ne les a pas encore appris.

Nous vous disons ceci car généralement les humains censurent leur créativité au non de ce qu’ils connaissent, c’est à dire de ce qu’ils croient connaître. Les études que vous faites et qui vous prennent beaucoup de temps ignorent cette dimension et vous vous conformez à cette ignorance.

 

Le grand livre de la connaissance est en vous, il est ouvert en permanence.

Pour y puiser vous devez d’abord savoir qu’il est en vous, et vous devez vous connaître capable d’y puiser.

Pour y puiser une information, vous procédez à une demande intérieure, par exemple vous dites « comment dois je procéder pour… » et vous placez cette question en vous. La réponse vous viendra naturellement sous forme d’idée, d’image, de mots.

 

Ces connaissances couvrent des domaines comme la technique et doivent vous permettre de révolutionner votre rapport à l’énergie, la locomotion, la production de froid ou de chaud ou de lumière, mais aussi des domaines comme l’évolution humaine : comment télépather, comment vous déplacer au moyen d’un corps de lumière, comment matérialiser, comment vous soigner, apprendre à connaître votre corps physique et vos corps et la manière dont ils sont imbriqués.

Vous connaissez aussi d’autres langues et devez parler sans apprendre des langues terrestres que vous croyez ignorer.

Ceci vous semble extraordinaire mais de notre point de vue c’est d’une évidente simplicité.

Pour développer ceci en cette vie là il vous faut vous y exercer, et chemin faisant la confiance viendra. Le besoin sera votre driver d’apprentissage, vous trouverez la motivation.

 

Vous pouvez demander de l’aide à vos alliés, gardiens, guides, et ils contribueront à vous éclairer sur vos propres possibilités, le but étant que vous soyez autonomes.

 

Placez vous pour ce faire au niveau vibratoire de votre âme, pas d’une recherche en votre mémoire d’homme du 21ème siècle. Pour cela placez vous en méditation, en relaxation profonde, décontractez vous, et émettez l’intention de découvrir telle ou telle chose, puis laissez venir, recevez, observez.

Le domaine de la nature, comment cultiver, est particulièrement adapté aussi pour cette façon de procéder. Lorsque vous devez savoir comment cultiver une plante ou quel arrosage. Pour la cuisine de même cela vous permettra de trouver de nouvelles manières de faire. Pour vous déconditionner, pour trouver le calme mental, et tout simplement pour apprendre à apprendre, car ce que nous vous disons là provient tout autant de vous que de nous.

Nous ne vous révélons jamais rien que nous sachions et vous non. Nous vous révélons à vous-mêmes. En ce sens, la production de ces textes est un exemple de la manière de procéder.

 

Pour cette créativité là aussi, cette heure de la charnière de la nuit et du jour est propice. Pour cette activité de créativité aussi, le doute est progressivement à évacuer, c’est à dire que vous devez ne juger ce que vous produisez ou ne produisez pas comme résultat et connaître que ce qui advient advient. Il n’y a pas à comparer un résultat avec un résultat imaginaire.

Votre intention vous fera avancer. Nommez, dites en vous-même là ou vous voulez aller, cela génère le déplacement correspondant.

Entraînez vous sur des choses simples au départ.

 

Ce qui vous bloque est de vous croire auteur de ce que vous produisez comme pensée ou comme compétence, vous croyez exister en tant qu’entité séparée et donc vous vous voyez avec un stock de connaissance fini puisque vous vous croyez êtres finis. Mais vous êtes infinis, vous n’avez pas de contour, vous êtes.

Votre connaissance non plus n’est pas finie, elle est. Elle ne vous appartient pas, votre vie ne vous appartient pas, vous devez laisser ce qui est être sans vous l’approprier. Ce vous qui vous appropriez est une idée, une pensée, une représentation que vous avez, une définition de vous mêmes qui est artificielle.

 

Nous vous donnerons comme exercice pour commencer de parvenir à déplacer de petits objets sans vous en saisir physiquement. Trouvez en vous comment procéder et cela fera concrètement évoluer vos représentations.

Nous vous remercions.