⎥ 37 ⎥

Nous vous remercions de commencer.

Ce matin nous vous parlons de l’amitié.

 

Vous observez généralement plusieurs sortes ou catégories d’amour, de plus ou moins grande importance ou intensité ou durabilité et vous classez vos relations.

 

 

En réalité vous ne devriez pas faire de différence entre l’amour que vous portez à votre enfant, votre conjoint, conjointe, votre père votre mère ou votre ami, mais aussi l’inconnu.

 

L’amitié est l’amour, porte à l’inconnu ou à la personne qui n’est pas de votre sang.

 

L’amitié est l’humain reconnaissant l’humain.

 

De manière plus approfondie un ami vous accompagne et vous lui faites confiance et pouvez vous appuyer sur lui, mais en réalité si vous déclassez ces catégories, vous vous apercevrez que vous pouvez faire confiance à l’humain, que toute personne, si vous avez ôté en vous ces catégories, vous pouvez aller vers lui ou elle et demander de l’aide ou du temps et vous en recevrez. Comme vous en donneriez.

Car ce n’est pas comme vous vous le représentez, un élément séparé et autonome décidant par vertu ou désinteressement de faire grâce à l’autre de son temps ou de son intérêt ou de son argent, c’est la vie coopérant avec elle même.

 

Si vous observez mieux le monde vous y verrez la nature coopérante. La circulation, l’aide, la coopération sont naturelles, sont innées, il n’y a pas comme vous vous le représentez des éléments en lutte perpétuelle avec d’autres éléments. Même dans le cas ou un animal se nourrit d’un autre, votre interprétation est qu’il y a prédation, ce mot indiquant qu’un se saisit de l’autre, mais il y a bien coopération, une espèce fonctionnant avec une autre, une pièce du puzzle de la vie s’emboitant avec une autre.

 

De même que vos cellules communiquent, de même que vos cellules se nourrissent des éléments apportés par le sang, la nature se nourrit en permanence d’elle-même.

Ce qui fait vivre est la circulation, et l’interruption de la circulation est interruption de vie.

 

Lorsque vous pourrez quitter la vision de la victime et voir la coopération, ce qui est un niveau plus profond, vous aurez franchi un pas immense dans votre rapport à la vie.

 

 

La clé est de ne pas regarder les éléments de la vie comme étant séparés mais comme étant mêmes.

Un immense organisme vivant fonctionne à merveille et se fournit à lui-même ce dont il a besoin.

 

Ainsi si vous allez vers un humain le cœur ouvert et sans crainte et demandez ce dont vous avez besoin, vous vous donnerez à vous-même ce que vous vous demanderez. Bien sûr comme vous vous composez une attitude de victime, et que vous cherchez à vous rattraper, vos demandes ne sont pas justes, sont des exigences, ou dans l’énergie de la demande vous mettez de la crainte ou tout autre sentiment que de l’amour, et la relation se déboîte et prends un jour malade et s’interromps.

Ainsi, vous ne devez pas interpréter ces mots comme une obligation de dire oui à l’autre ou comme un droit à recevoir l’approbation de l’autre, cela est plus subtil, vous devez recevoir ceci comme une vision apaisée de la vie qui vous garantit qu’en cas de besoin vous trouverez toujours auprès de l’autre ce dont vous avez authentiquement besoin. Ce dont vous avez besoin en premier lieu est de la présence et de l’accueil.

Entraînez vous a ressentir l’amitié comme étant ce qui vous unit à votre environnement, à tout le vivant, entraînez vous à vous considérer non pas unique et séparé mais un avec le vivant, et vous serez mieux à disposition de la vie qui vous utilisera de manière approfondie dans sa circulation. Cette circulation se nomme aussi abondance. L’amitié et l’abondance sont deux notions que vous pouvez rapprocher et découvrir leur proximité. Circulation, aussi nomme le même flux d’amour unissant le même organisme terrestre vivant.

Avoir de l’amitié pour un chat errant n’est pas avoir pitié, ou vous sentir coupable, c’est ne pas vous désolidariser, vous ne ferez sans doute rien d’autre que de croiser ce chat mais votre amitié vous reliera simplement, noblement, sans attente ni devoir ni crainte, à ce chat qui est la vie tout comme vous, qui est la terre tout comme vous, et vous vivrez votre propre réalité comme celle du sang qui circule ou lieu de la vivre comme un lac gelé.

Accepter de recevoir de la vie est ne pas se couper de l’amitié, est accepter de recevoir comme de donner, sans obligation ni devoir ni défense ni attaque. Cela profondément est conscience de ne rien avoir à perdre ni à gagner car vous êtes et ceci personne ni rien ne peut sous l’ôter ou vous le renforcer.

Donc ouvrez simplement votre cœur, cessez de différencier ce qui vous unit à votre famille et aux autres humains, englobez chaque être vivant sans distinction dans votre amitié, sans caractériser ceci d’aucune conception philosophique ou mentale, n’y mettez aucune représentation car nous vous proposons plutôt de quitter les représentations avec lesquelles vous cloisonniez et catégorisiez.

 

En vérité tout est l’amour et si vous aimez vous vous aimez et vous émettez et recevez ceci en un même mouvement en un même flot et ceci est l’amitié

Nous vous remercions