⎥ 63 ⎥

Ce matin nous vous demandons de ne plus prêter attention à la réussite ou à l’échec.

Ces notions sont illusoires et vous les placez pourtant au firmament.

Nous vous demandons de ne plus vous évaluer ni évaluer les autres ni la société : ni rien ni personne.

Vous devez dire oui.

Oui est reconnaître le beau en tout, le parfait en tout.

Ne pas évaluer ne signifie pas être naïf et ne plus rien discerner.

Cela signifie que vous voyez parfaitement ce qui se passe, que vous voyez où en est une personne, où vous en êtes vous même, mais que vous n’attribuez pas de valeur à cela.

Dans vos débats sur la notation des enfants à l’école, vous devriez discerner le fait de savoir où on en est du fait de hiérarchiser, juger, positionner.

Vous vous placez vous même en accusation permanente, au grill d’un jugement permanent, vous vous voyez donc toujours petits et devant progresser.

Cela n’est pas souhaitable car vous devez vous voir comme des êtres divins et parfaits, faisant localement une expérience, en une partie limitée d’eux mêmes, partie que vous êtes tout en étant le tout, et cette partie est à la fois le tout et ignorante.

Cette expérience n’est pas imparfaite mais spécifique, elle a une couleur, des caractéristiques. Cela ne vous définit pas, cela définit votre expérience.

Bien sur vous voudriez améliorer la qualité de l’expérience c’est a dire la rapprocher de conditions idéales que vous définissez.

D’abord cela est possible, cela est possible en vous transformant intérieurement, mais encore faut il garder à l’esprit que ce qui compte est l’expérience et la transformation que vous êtes venus vivre, et que ce qui est véritablement pertinent de vivre est ce que vous avez décidé de vivre comme expérience et comme contexte évolutif.

C’est pour cela que vous n’obtenez pas tout ce que vous voudriez. Vous devez donc à la fois accepter ce que vous vivez, accepter de ne pas être tout puissant, accepter que ce qui compte est votre transformation intérieure et non le contexte et les conditions extérieures, et en même temps vous avez certes la marge de manœuvre pour obtenir finalement des changements à l’extérieur, conséquence des changements intérieurs, et cet extérieur vous est donné comme motivation pour avancer et comme panorama et spectacle de vous même puisque vous vous y reflétez.

En réalité cet extérieur n’est rien, ou si peu, c’est cela que vous devez intégrer. Il n’est qu’un pont vers l’intérieur.

Il n’existe pas indépendamment de votre intérieur.

Donc améliorez votre point de vue sur l’extérieur, cela est important plutôt que de vouloir améliorer l’extérieur.

Le vol immuable des oies sauvages leur garantit la paix. Elles ne se déterminent pas en fonction de l’endroit ou elles passent, elles savent que leur vie est un survol.

 

Pour finir nous vous disons ceci : n’enviez jamais personne, vous n’avez aucune idée de ce que vit cette personne, et vous devriez plutôt vous placer dans la conscience que chacun, chacune, vit exactement ce qui lui est nécessaire pour évoluer, tout comme vous, il n’y a dons pas un contexte supérieur à un autre.

Aimez votre contexte quel qu’il soit, respectez le contexte des autres quel qu’il soit, ne soyez pas arrogants à vous placer supérieur ou inférieur cela n’a aucune réalité

Nous vous remercions.