La-lumière

⎥ 82 ⎥

Mon ami nous allons commencer.

Ce matin nous vous entretenons de la liberté.

Pour vous la liberté signifie la possibilité de choisir, de vous mouvoir librement, c’est à dire sans contrainte.

Pour nous la liberté est synonyme de soumission acceptée à son maître intérieur.

Lorsque vous êtes libre dans le sens qui est le vôtre de ne pas avoir de maître, vous êtes enchaîné à vos propres déterminismes, et ceux-ci sont si forts que la marge de liberté en votre vie terrestre est infime. Vous croyez être libre mais vous déployez simplement vos mécanismes, vous allez où votre construction vous dicte d’aller, et vous appelez cela libre choix.

Pour une personne humaine qui atteint suffisamment de sagesse pour reconnaître en elle même la voix de son essence, et qui accepte d’abdiquer toute velléité de décider, toute tentative d’obtenir quoi que ce soit, pour cette personne qui a compris en profondeur que sa liberté, la seule vraie grande intégrale liberté, est de ne plus rien vouloir, alors les portes du paradis s’ouvrent en grand.

Vous n’êtes pas libre en tant que personne mais en tant qu’être illimité, et votre liberté prend la puissance et la vérité de la liberté divine.

En réalité il faut beaucoup d’arrogance à une personne humaine pour se vouloir et se croire libre.

Observez autour de vous et entreprenez de discerner si des personnes sont libres, si des personnes qui se croient et se disent libres le sont vraiment.

L’étalon de votre liberté se fait par rapport aux autres et à l’extérieur, alors une personne riche vous semble libre car elle peut aller ou elle veut en avion et travailler quand elle veut, du moins l’imaginez vous, mais vous ne placez pas ce critère de la liberté à l’intérieur.

Du point de vue intérieur, la seule liberté est la soumission inconditionnelle et aimante à son âme.

« Vas t’en me perdre ou tu voudras ». Les mystiques ont tenté de dépeindre ce sentiment de liberté humain qui tend vers une fusion avec l’univers tout entier, une fusion avec Dieu.

Pour atteindre cette liberté, il est donc nécessaire de se départir de toute exigence, de toute interprétation négative, de toute attente, et parvenir à voir ce qui est, à voir la vie en action, à reconnaître le merveilleux en tout, nous disons bien en toute chose. Vous n’êtes libre que lorsque vous n’établissez plus de valeur comparative entre les choses, ni beau ni laid, tout est désormais beau.

C’est la liberté de celui qui n’a besoin d’aller nulle part plutôt que celle de celui qui peut aller partout.

Car nulle part ailleurs que ce point-vous n’existe, aucun autre rendez vous n’est réel que le rendez-vous avec vous même, où vous vous offrez définitivement à votre propre lumière, et où vous décidez de ne plus rien décider.

Nous promettons la joie, la paix, des sensations de jouissance intenses, qui sont tout simplement la vie, à toutes celles et à tous ceux qui reconnaissent cette liberté là comme étant la liberté.

Nous vous remercions.