⎥ 29 ⎥

 

Mon ami, nous allons commencer.

Ce matin nous vous entretiendrons de la joie.

Vous connaissez la joie, vous en avez eu un aperçu, chaque personne humaine connaît ce sentiment, de manière plus ou moins intime.

La joie est tout ce que vous avez. La joie est la vibration qui élève la matière à l’instant solaire. La joie est la vibration qui transforme l’inerte en vivant. La joie est la circulation de la vie. La joie est pure jouissance d’être.

Vous prenez cette émotion comme une évidence, quelque chose que vous connaissez, que tout le monde connaît, mais vous ne vous y attardez pas, n’y regardez pas de plus près, ne cherchez pas à percevoir en vous-même ce qu’est cette émotion. Vous étudiez tant de choses mais un aspect aussi principal de votre vie, de votre monde, vous le tenez pour partie du paysage et n’y apportez pas plus attention que cela.

Lorsque vous êtes en joie, observez ce qui se passe en vous.

Généralement la joie vous vient activée par un élément extérieur, l’obtention ou l’acquisition d’un objet, la survenance d’un évènement qui vous procure cet effet là.

Déjà à ce niveau de joie externe, vous pouvez voir en vous que vous vous sentez vivant, qu’il y a un rapport entre « en vie » et joyeux. Une rivière qui coule est joyeuse, un oiseau qui vole est joyeux, la nature est joyeuse.

Le contraire de la joie est la contraction, la fermeture. Des manifestations de la joie sont d’ouverture profonde, et peuvent ainsi amener rire et larmes.

Mais la joie n’est pas seulement en prise avec l’extérieur. Un arbre calme et silencieux au milieu d’une prairie vide est pétri de joie. Percevez cela.

Certains d’entre vous qui ont bien cheminé connaissent en eux-mêmes une joie libre, indépendante de tout élément externe. Une joie non provoquée, la simple joie d’être. Joie et être se rencontrent et sont le même. La joie irrigue votre corps, la joie est l’énergie qui circule en vos veines, sans joie pas de vie.

La joie est de la lumière.

 

(Interruption 24 heures)

 

Nous allons commencer.

Ce matin nous complèterons notre message sur la joie.

Nous voulons vous dire de ne pas tenir compte de l’interruption, ni de vous en considérer auteur.

Il n’y a pas d’auteur

Nous vous remercions.

 

La joie cellulaire est une manifestation de la vie, de la vie qui coule en vos veines, qui coule en la sève des arbres.

La nature est pure joie, un orage comme un ciel clair sont faits de joie. Joie est synonyme de lumière. Lorsque vous contactez la joie, vous êtes simplement en prise avec la vie.

Votre vie lorsque elle est complète est uniquement faite de joie. Vivre joyeusement est ce à quoi sont destinés les humains.

Ce que vous vivez et qui n’est pas la joie est un simple obscurcissement de la joie, comme un ciel de nuages est un obscurcissement du ciel bleu. Il n’y a donc rien à faire ou à mériter ou à atteindre pour contacter ou obtenir la joie, la joie est ce que vous êtes, ce que vous êtes est la joie.

Lorsque vous vivez de la joie, vous ressentez ce que vous êtes profondément, ce que la nature est, ce que vos frères du ciel sont, vous n’êtes plus séparés.

Vous quittez la joie lorsque vous vous séparez de la vie, de la création, de l’être.

 

On n’est pas joyeux à propos de quelque chose, on n’est pas joyeux en se moquant, en raillant, en « vannant », on n’est pas joyeux en fêtant un succès, on est joyeux.

On est joyeux d’être.

On est joyeux seul ou avec les autres, mais notre joie est intérieure et n’a pas besoin des autres, ni pour jaillir, ni pour être partagée. L’autre n’a pas besoin de notre joie, il a la sienne, et ces deux joies sont les mêmes.

On ne propose pas un verre d’eau à une personne qui se baigne à coté de vous dans la rivière. Vous êtes faits de la même eau de joie. Elle n’a pas à être partagée, ni avez besoin de témoigner de la joie.

La joie est l’état naturel d’un être humain. La joie se trouve à l’intérieur et non à l’extérieur. On ne trouve pas la joie en obtenant quelque chose au dehors, des autres ou de la vie, on obtient la joie en cessant de la masquer en nous, en cessant de se croire triste.

La tristesse est l’opposé de la joie, la tristesse est la coupure. La tristesse est le manque, la tristesse est la dépression, ce qui est l’oubli de soi. L’oubli de soi est oubli de la joie que l’on est.

Sur votre trajectoire d’êtres humains, vous devez rencontrer la joie, votre joie, cela est naturel et nécessaire, cela est comprendre soudain de manière plus juste votre nature et la nature du monde.

La joie irrigue votre corps à un niveau profond et la joie est donc corporelle.

Vos corps de lumière sont faits de lumière et cette lumière est la joie.

Vous êtes physiquement faits de joie.

Lumière, couleurs chatoyantes, ceci est votre vibration et ceci se nomme aussi la joie.

Ces corps de joie qui sont en dessous, ou en profondeur par rapport à votre corps physique, le sous-tendent et l’irriguent. En vous connectant mieux à vos corps de lumière vous ramenez la joie de votre lumière en votre corps physique. Vous ramenez cette joie en vos cellules.

Alimentairement il y a de la joie, de la vitalité, de la luminosité, de la haute vibration, de la pulsation de vie, en une feuille de salade fraîche, en un fruit fraîchement cueilli, en une gorgée d’eau vivante jaillie de la rivière, et cette joie se communique au corps physique, vous pouvez la nommer nourriture, vitalité, puissance, légèreté. Rire.

Cette joie n’est pas présente lorsque vous mangez des aliments plus ternes comme de la viande ou des aliments industriels dont la joie a été perdue. Observez simplement les aliments et l’eau avant de les ingérer et demandez vous s’ils sont en joie. La joie d’une graine germée est palpable.

Une cellule de viande est en phase de dégénérescence, son âme est partie et cette matière est en train de retourner à la terre, elle n’est plus en phase avec la vie des êtres, elle est en phase de retour à la mère, ce qui est redescente énergétique, et lorsque vous ingérez cette matière vous vous reconnectez à cette énergie descendante.

La plante ou le fruit sont en phase de montée vibratoire, d’ascension vers la lumière, et en les ingérant vous bénéficiez de cette ascension.

Cette viande ou ces légumes frais, en les ingérant vous ingérez ce dont vous avez envie, et donc plutôt que de vous dire que vous aller faire monter ou baisser votre vibration avec ces aliments, vous pouvez observez ce dont vous avez envie, de quelle vibration vous avez envie, et contempler cela pour vous y voir en miroir. Pourquoi avez vous envie de viande ?

La viande est plus alors comme matérialisation de votre niveau vibratoire – et vous êtes conforme à vous même en l’ingérant – que comme élément qui va vous faire baisser en énergie.

Il n’est pas question de tout ceci pour vous culpabiliser ou vous dicter un régime alimentaire, il est question ici de vous donner du discernement sur ce que vous faites et de la conscience de vous-même. Ne vous dissociez pas de ce que vous vivez, ni de ce que vous avez envie de manger, contemplez vous y, et du simple fait de ce regard, de cet accueil de ce qui se déroule en vous, cela va évoluer.

La vie est joyeuse, la vie reconnaît sa propre joie quand elle se reconnaît elle même : face à un coucher de soleil, un beau paysage, dans les yeux d’un ami, en marchant dans la nature, auprès de l’eau, vous contactez la jubilation du vivant, ce qui est contempler votre propre jubilation, vous reconnaître. Lorsque vous observez quelque chose et que cela vous fait vivre une émotion quelle qu’elle soit, vous êtes en train de vous reconnaître en tel ou tel aspect de vous, et cela vous fait vivre une émotion. Ne rejetez jamais ce que vous observez car ceci est vous.

Nous pourrions continuer longtemps à vous parler de la joie mais cela est vous montrer la joie à l’extérieur, et nous voulons vous la montrer à l’intérieur. Aussi nous vous proposons simplement d’expérimenter votre respiration en la nommant joie de l’air qui entre et sort de mes poumons, à expérimenter votre cœur qui bat en nommant cela joie du cœur qui bat, à ressentir votre flux sanguin en le nommant joie de la vie en moi, à sentir l’air de la brise sur votre peau, et la nommant joie de l’air sur ma peau, et ainsi de suite avec tout ce que vous vivez du contact avec la vie.

Dans le partage avec les autres humains, vous vivez aussi la joie, notamment vous vivez de la joie avec votre conjoint, conjointe, ou/et avec vos enfants et amis, nous vous proposons et conseillons cependant de trouver la joie en vous et de ne pas dépendre de vos amis pour passer une soirée joyeuse. Si vous avez cerné la joie en vous, trouvé, découvert, vous la partagerez avec vos amis, elle ne naîtra pas de la rencontre. Penser quelle naît dans la rencontre est fictif, simplement dans la rencontre vous vous oubliez en tant que personne seule, vous masquez votre sentiment de coupure, et ce sentiment de coupure, cette idée de solitude est la seule chose qui vous coupe de la joie que vous êtes.

 

Pour cheminer de retour vers la joie, vous trouverez en chemin l’amour et la gratitude.

L’amour et la gratitude sont de l’ouverture, sont de la détente, sont de l’acceptation, et de cette détente naît que vous ressentez mieux votre lien à la vie, et votre joie.

Il n’y a pas de raison de ne pas connaître la joie dans une vie humaine. Ne considérez jamais qu’une personne qui ne vit pas la joie subit quelque élément extérieur qui l’en empêche, considérez simplement que sur son parcours, cette personne a choisi de se masquer à elle même sa propre joie, pour mieux la redécouvrir par la suite, et laissez le, laissez la à son chemin de retour vers la joie, dont vous ne connaissez aucun des méandres ni des passages obligés, et que vous ne feriez que perturber en voulant l’accélérer. Vous ne pouvez rien faire pour l’autre, vous pouvez simplement vous reconnecter à votre propre joie, et cela est une vibration puissante qui aide l’autre à recontacter sa joie, qui lui signale de nouveau quel est son propre chemin.

Ne tentez jamais de dissimuler votre joie parce que l’autre apparaît triste, votre joie ne pourra jamais faire de mal à personne si c’est vraiment de la joie sans objet. Vous vous faites du mal les uns aux autres en comparant des objets, ce qui est faire résonner mutuellement votre manque et votre coupure. En manifestant votre joie interne, cellulaire, votre lumière, ce qui n’est en rien un geste en direction de l’autre mais un non geste en direction de vous, en vous promenant avec votre ciel bleu, vous révélez le ciel bleu de l’autre, et s’il préfère maintenir sa propre grisaille il sera éventuellement en colère contre vous de vous voir manifester pour vous même votre joie, et ne pas la dissimuler devant lui, mais dites vous bien ici aussi que cela est sur son chemin une étape nécessaire pour lui et qu’il la vit, et que tout est parfait.

Cette connaissance que tout est parfait est en lien avec la joie, est une condition de la joie.

La joie est dans une immobilité de l’être, qui sait n’avoir rien à faire pour jubiler de lui-même.

Nous vous remercions.