⎥ 39 ⎥

◉ Nous vous proposons comme exercice de ressentir en chaque action si votre force est présente pour cette action, si le courant de la vie vous pousse, ou si vous êtes en train de vous inventer des actions inutiles et qui vous fatigueront.

 

 

Nous allons commencer.

Ce matin nous vous parlons de la force.

La force intérieure est ce qui vous permet d’avancer, est votre moteur. La force est vous dans ce que vous avez de plus actif et puissant, de mouvement de retour vers votre lumière.

La force est la vitalité qui vous pousse enfant à progressivement intégrer tous les conditionnements nécessaires à l’autonomie, qui vous amène à vous lever et à marcher.

Sans force vous n’êtes pas en mesure de vivre une vie d’humain.

 

Votre force est plus ou moins grande et cela dépend de plusieurs facteurs.

Le premier facteur est le lien à votre âme. Car la force est entièrement l’énergie de votre âme. Aucun gisement de force en l’être humain coupé de l’âme, aucune force vitale qui vous viendrait de vous même en tant que personne, ni en tant que corps physique. Un corps physique ne fonctionne, un cœur ne bat, que propulsé par la vie et la vie est cette force de votre âme.

 

Lorsque vous avez de l’énergie pour entreprendre, n’allez pas croire que la personne que vous êtes est entreprenante, votre âme vous entraîne à l’être.

Au niveau physique et personnel, tout ce que vous pouvez faire est de vous ouvrir à votre force, est d’accepter votre puissance, et cette puissance est divine, est spirituelle.

Vous vous tournez vers votre âme et vous lui dites : donne moi la force de… et elle vous la donne. Ou vous ne lui dites rien, et elle vous la donne.

 

Donc n’allez pas vous croire fort ou faible. Vous êtes fort, et cette force ne vient pas de vous, ou elle vient de vous à un niveau qui est plus vaste que ce que vous croyez être vous.

Au niveau humain tout ce que vous faites est limiter cette force par vos conditionnements. Vous avez peur et cette peur limite votre force. Vous exigez et cette exigence limite votre force. Vous êtes en colère et vous croyez que cette colère accroit votre force mais elle la limite. La colère est une forme de détente d’une énergie contenue, vous avez retenu votre force, fait barrage, et cette force se libère, la colère ne produit rien.

Etre fort est confortable car votre énergie vitale vous entraîne naturellement dans vos actions, rien n’est pesant, rien n’est un effort pour vous.

A l’inverse un défaut de force, qui est coupure de votre force, et tout est difficile, et vous devez puiser en vous l’énergie d’avancer. Cette fragilité vient de votre engoncement dans vos propres limites, dans vos costumes, dans vos tentatives d’emprunter un autre chemin que celui que vous indique votre âme.

Vous retournez sur le chemin de votre âme et votre force vous revient.

 

Physiquement, cette force ou cette coupure de votre force se manifeste également. Lorsque l’âme décide de se retirer, le corps physique cesse de vivre et vous appelez cela la mort. En effet le corps physique apparaît dans son inertie, et votre force retourne à l’âme, et votre personnalité se dissout, cela n’était que pensée.

Donc pour être fort, ne bâtissez pas des structures, des costumes, des projets, pour être fort offrez vous. Acceptez. Ouvrez vous. Mettez vous à l’écoute et obéissez. Vous regardez parfois des hommes forts comme faibles et des hommes faibles comme forts, car vous évaluez en fonction de l’extérieur, mais vous n’avez aucune idée de la trajectoire intime de la personne, des enjeux qui la traversent et de ce qui se bâtit pour elle.

Sur un plan de la nourriture et des habitudes de vie, bien sûr selon votre comportement vous obtenez plus ou moins de force en surface, au niveau de votre corps.

De nombreux arts martiaux ont développé une bonne compréhension de la force et de comment la ressentir, la canaliser, la déployer.

Dans vos modes de vie contemporains coupés de la nature, vous vivez éloignés de cette force naturelle et simple, et vous déployez en contrepartie beaucoup d’énergie mentale pour fonctionner. Lorsque toute votre activité est en contradiction avec vos aspirations profondes et que vous ne n’agissez que sous la contrainte et la peur, il vous faut vous faire violence en permanence pour vous lever et accomplir ce que vous accomplissez, car cela ne va pas ou peu dans le sens de votre âme.

Avec votre énergie mentale vous êtes parfaitement capables de vous empêcher de vous livrer à ce qui serait simple et ne vous demanderait que de l’abandon, ou à l’inverse vous obliger à faire des choses pour lesquelles l’énergie disponible est faible.

Regardez cela comme agir dans son axe – et vous avez de la force – ou agir dans un sens décalé par rapport à son axe, voire carrément inverse, et vous avez moins ou très peu de force.

Parfois, l’énergie mentale que vous déployez pour vous contrarier est telle que vous masquez entièrement votre axe et annulez votre capacité à sentir et agir dans votre axe qui est la direction indiquée par votre âme.

Ce n’est jamais votre mental qui vous donne une force véritable. La force n’est pas mentale est elle est spirituelle.

Nous vous proposons comme exercice de ressentir en chaque action si votre force est présente pour cette action, si le courant de la vie vous pousse, ou si vous êtes en train de vous inventer des actions inutiles et qui vous fatigueront.

Une immense part de l’action humaine est inutile et provoquée par la peur et les tentatives de vous faire aimer et reconnaître.

Habituez vous à reconnaître la force de la vie en action dans la nature, et vous parviendrez mieux à la cerner également en vous.

Pour accroître votre force donc, unissez vous à ce qui dans la nature est aligné, est porteur de force, dans les lieux, les aliments, les rythmes, et placez vous dans le flux de votre âme sans freiner ni chercher à accélérer. Vous êtes comme un vaisseau sur le fleuve et vous avancez au rythme de ce flux vers l’embouchure et l’océan.

Les personnes qui ont de la force, c’est à dire dont la force est apparente, qui ont laissé leur force apparaître, ces personnes vous communiqueront de la force, et à l’inverse les personnes qui sont en contraction révèleront votre contraction. Donc vous pouvez vous regarder en ces personnes et décider par où vous souhaitez aller.

Un nombre important de petits facteurs contribuent à révéler ou obscurcir votre force, ces facteurs sont concrets, dans vos modes de vie, mais ces facteurs concrets ne font que révéler, expliciter les pensées que vous entretenez et qui vous limitent ou vous propulsent.

Donc la maîtrise de vos pensées est la manière essentielle de vous connecter ou de vous couper de votre force.

N’oubliez jamais que vous êtes forts, que votre flux est là bien présent, que vous seuls le retenez, que votre état naturel est puissant / puissante, que la torpeur est simple à dissiper pour peu que vous soyez prêt(e)s à renoncer aux lourdeurs que vous portez.

A chaque fois que vous vous sentez faible ou fatigué, utilisez cette situation pour enquêter en vous même et discerner la pensée qui vous alourdit, renoncez y et vous retrouverez votre force, intacte et prête à jaillir.

Nous vous remercions.