La-lumière

⎥ 142 ⎥

Nous abordons ce matin le sujet de la faim.

Vous prenez tant de temps à crever de faim.

Nous disons crever de faim car cette sensation corporelle qui vous invite à vous nourrir prend tant de place en vos vies que, bien que correctement alimentés, vous mourrez de cette injonction à répondre à la faim.

Que se passe t il si vous cessez quelques jours de vous alimenter ?

Rien.

Que se passe t il si vous vous alimentez quelques jours de produits moins naturels ? Votre corps les filtre et évacue de lui-même ce qui lui est nocif.

Quelle est l’importance réelle de l’alimentation physique pour le corps humain ? Vous pourriez même ultimement vous en passer.

 

Cette question de la nourriture cache une peur collective qui est très prégnante à votre époque encore, celle de mourir de faim. De grandes époques douloureuses ont laissé des stigmates dans votre mémoire, et votre rapport à l’incarnation est que vous devez vous battre pour obtenir du grain pour ne pas mourir.

Cela est un mode de survie qui se retrouve à chaque repas dans une certaine manière que vous avez de manger, ou de ne pas manger d’ailleurs. Vous faites toujours cela dans la peur.

Sentez la peur lorsque vous mangez, et sentez la peur lorsque vous ne mangez pas.

Sentir la peur lorsque vous mangez peut être de sentir à quel point cela vous rassure de manger, ou de bien manger, ou de manger à l’heure, ou de manger sainement, ou de manger en bonne compagnie, ou de manger lentement, ou de manger chaud, ou de manger plusieurs fois par jour, ou de manger des repas complets… la liste de manières de vous rassurer et de vous faire peur avec la nourriture est si longue que nous ne pouvons l’épuiser.

Donc ce rapport à la faim doit être nettoyé de la peur de mourir.

Vous vivez une époque où rares sont les humains venus expérimenter de mourir de ne pas se nourrir. Et vous devez réaliser que pour celles et ceux qui lisent ces lignes, cela ne vous menace aucunement.

Donc vous pouvez vous détendre dans votre rapport à vous nourrir.

 

Nous vous proposons de déplacer cette attention extrême à la nourriture physique par une attention extrême à la nourriture psychique.

Intéressez vous aux pensées que vous marmonnez toute la journée dans vos esprits.

Ces pensées sont de nature nocives dans une large proportion, ce sont des pensées de dévalorisation, de critique, de jugement envers vous-même. Vous passez toute la journée à malaxer du désamour et cela n’est pas trois repas mais bien toute la journée.

Si vous observez vos pensées et que vous décidez d’y faire le tri, pour ne plus juger et vous juger, critiquer et vous critiquer, évaluer et vous évaluer, mépriser et vous mépriser, plaindre et vous plaindre, prendre peur pour vous et prendre peur pour les autres, fulminer, radoter, médire… alors vous verrez votre énergie grandir en force et en stabilité, et vous aurez le résultat d’une bonne alimentation spirituelle, une bonne alimentation de l’esprit.

Donc, concernez vous de vos pensées et non de votre assiette, voici notre conseil en matière de régime alimentaire, ce sujet qui vous est si cher.

Nous vous remercions,

Vos amis gourmets.