La-lumière

⎥ 140 ⎥

Mes amis bonjour,

Nous pouvons commencer.

Pour ce matin nous vous proposons de nous rejoindre en vous-même.

Cela signifie nous rejoindre en Dieu.

Cela signifie simplement oublier de vous dévaloriser.

Cela est simple en définitive, il suffit d’oublier tout ce que vous savez, tout en demeurant là.

Vous lisez, votre présence devant cet écran est claire pour vous, pour le reste, vous le placez en dehors de la maison.

Toute idée qui vous vient, tout sentiment habituel, replacez-le dehors.

Vous demeurez simplement vous-même, sans plus rien savoir d’autre, un exquis moment d’oubli, de cécité, aphone de pensées, la mémoire qui fait défaut.

Vous êtes pourtant toujours bien là. Là et sans enjeu.

Pour résoudre tous vos problèmes vous les avez oubliés.

Ils reviennent immédiatement mais vous les reconduisez dehors, votre maison n’est que pour Vous.

Respirez.

Votre corps fonctionne parfaitement, il n’a besoin que de la vie, et la vie c’est Vous qui la lui fournissez.

Vous ressentez la vibration que vous êtes, la Vie est là. Rien ne la menace.

Vous reconduisez au dehors toute idée qui conteste cette simple constatation.

 

Vos problèmes, vos enjeux, vos sentiments, n’ont rien d’objectif, ils n’existent que parce que vous les concevez.

Ont-ils une existence objective, là au dehors de la maison ? Vous y attendent-ils réellement ? Sont ils faits de matière ? Constitués des éléments ? Si vous ouvriez la porte pour regarder au dehors seraient-ils là indépendamment de vous ? Ou bien disparaissent-ils dès que vous vous relâchez, dès que vous ouvrez la main sur eux.

Lorsque vous ouvrez la main, tombent-ils au sol avec un bruit mat, s’envolent-ils en s’appuyant sur l’air, ou simplement, disparaissent-ils, le temps que vous raffermissiez à nouveau votre prise ?

 

Pour le moment, tant que vous continuez à les entretenir, puisque vous avez tant encore d’arguments, placez simplement le tout au dehors, et restez dans la maison vide.

Percevez là votre pouvoir.

 

N’allez pas croire que si vous oubliez vos problèmes, ils continueront à exister en dehors de vous, vos croyances les créent, et votre monde réel les reflète.

Cessez d’entretenir toute peur, et lorsque vous ouvrirez la porte, l’extérieur sera vide aussi, comme l’intérieur.

 

Comment faire me dites-vous ?

Croyez déjà que c’est possible.

Mesurez l’étrange façon qui est la vôtre de vous plaindre et de souffrir sans cesse, puis de contempler le résultat de votre souffrance en y voyant une réalité objective qui ne serait pas née de vous.

Comme un enfant bâtissant un château de sable puis s’effrayant de sa puissance et courant en pleurant vers son père.

 

Pour quelques instants encore, prenez un moment de calme, au dedans de la maison, toute pensée qui vous vient envoyez-la courir dehors et vous, restez.

N’ayez plus idée de qui vous êtes, ayez tout oublié, demeurez simplement là.

Nul besoin de drogues ou de divertissements pour réaliser ceci, il suffit d’oublier tout ce à quoi vous croyez et donnez tant de force.

Gardez un peu de force pour vous.

Nous vous remercions,

Vos amis enjoués.