⎥ 31 ⎥

Mon ami nous allons commencer.

Nous voudrions tout d’abord vous dire que cette alternance de journées et de matins, de sommeil et d’éveil, de rêve et de réalité, de lumière et de nuit, tout cela a moins de réalité que vous ne vous le représentez.

Vous pouvez fort bien dormir en restant éveillé, voir clair dans la nuit, rêver la journée, cela parle d’une part de votre état de conscience et d’autre part de lumière.

La lumière est présente à chaque instant, elle ne peut pas ne pas être présente, et votre conscience est à chaque instant et ne peut pas ne pas être.

Certaines couches de la réalité sont en mouvement d’alternance, c’est le cas de la lumière du soleil – au sens ou vous l’entendez habituellement de l’éclairage et de la chaleur du rayonnement solaire, c’est le cas de votre corps physique – dans une certaine mesure car ce corps reste en permanence en fonctionnement, de votre corps mental -dans une certaine mesure car ce corps reste en permanence en fonctionnement.

Ainsi donc vous pouvez entrer dans une conscience plus unifiée non seulement de vous-même mais aussi de votre propre durée. Vous n’êtes pas un être qui s’absente et revient, qui existe puis n’existe plus, qui vit la moitié du temps seulement, vous êtes un flux permanent de vie dans le présent.

Il existe de nombreux cycles, celui d’une vie terrestre, les saisons et les jours, et parmi ces cycles vous êtes.

Cette nouvelle conscience ouvre plusieurs possibilités. Tout d’abord vous pouvez voir votre sommeil réorganisé en phases plus courtes et plus nombreuses, où vous dormez moins la nuit et lorsque de jour vous ressentez une fatigue vous vous allongez et votre corps se repose quelques dizaines de minutes. Ces périodes de veille et de sommeil ne nécessitent pas forcément d’être exactement planifiées à l’avance, si vous laissez votre corps faire il gèrera de lui même ce paramètre.

Pendant que votre corps s’occupe de gérer cette alternance, comme tout ce qui est pris en charge par la nature – et vous pouvez noter au passage que de notre point de vue ce corps et la nature font un, la nature au sens de la terre, du système solaire avec ses rythmes et ses influences telluriques, cosmiques, vibratoires – pendant que votre corps et la nature se gèrent, vous êtres. Ce « je suis » prends différentes tonalités en rapport avec votre présent : des états de conscience plus ou moins hauts, plus ou moins clairs, plus ou moins lumineux.

Ces états de conscience ne sont pas forcement fixés par la nature. Vous pouvez rêver de jour, et rester conscient alors que votre corps est endormi.

Cette question de la veille de conscience alors que le corps physique, voir le corps mental et le corps émotionnel dorment, est un point de vue idéal pour avancer dans votre apprentissage de la conscience, de la vibration que vous êtes.

Vous pouvez rester observateur de votre nuit, comme en état de méditation, et percevoir vos rêves comme on perçoit des pensées, ou percevoir votre absence de rêves comme on perçoit son absence de pensées. Les rêves sont des pensées plus libres qui interviennent la nuit, plus libres est moins contrôlées par le mental, bien que se déroulant en lui, processant de lui.

L’intérêt de tout ceci est d’apprendre progressivement à vous identifier à la conscience que vous êtes et qui ne cesse jamais, comme elle ne cessera pas en la fin de cette vie, et d’expérimenter l’être en permanence.

L’intérêt est également de quitter la représentation binaire, duelle, qui caractérise la pensée humaine, et se projette artificiellement en la croyance que quelque chose débute et redémarre ou finit et s’arrête en alternance jour / nuit.

Il ne s’agit pas d’ignorer les rythmes de la nature, qui sont très importants et dans lesquels au contraire votre corps physique doit être immergé, en s’alignant notamment sur le soleil pour dormir, il s’agit de vous dissocier en tant qu’être vivant de ce fonctionnement terrestre, qui est la forme que vous prenez à un certain niveau de vous-même, mais ne suffit pas à vous définir, rencontrer, percevoir, comprendre.

Le seul fait de vous percevoir non pas comme ce corps qui dort et veille, et né et mourra, mais comme cette conscience qui ne se quitte jamais elle-même, ne s’est jamais quitté elle-même et ne se quittera jamais elle-même, ni lors de la nuit, ni lors de la mort, ce seul fait décloisonne et transforme et ouvre vos représentations et permettra de nombreux développements, redécouverte des possibilités qui sont les vôtres.

Pour avancer sur ce chemin là vous pouvez vous entraîner à méditer en vous endormant, et à ne pas cesser de méditer alors que le corps dort, c’est à dire à expérimenter des états de conscience intermédiaires entre la veille et le sommeil, à explorer de nombreux territoires lors de cette transition jour nuit. A rester plus conscient de vos rêves, à ramener la conscience du rêve en la conscience ordinaire de la journée, à comparer votre vécu lorsque vous rêvez de jour, de nuit, lorsque vous êtes en méditation, en sommeil la nuit, en sieste, en train de vous immerger dans un jeu vidéo ou la télévision, et d’expérimenter les subtiles différences et les points communs.

Un animal est souvent à la fois plus en prise avec la nature, (jour nuit, et la manière dont son corps dicte ses besoins) et plus libre de comportements appris et conditionnés : il ne se conformera pas à un rythme standardisé toujours artificiellement le même.

Nous vous proposons d’en rester là pour ce matin, nous vous remercions et vous encourageons à persister sur cette voie de la communication avec nous le matin, sans vous perturber des variations de votre propre réceptivité.

Nous vous remercions.